Médium avec + de 10 ans d’expérience, 
 flashs et cartes, Belline, Tarot Mythique, Grand Etteilla

Textes invités que j’aime bien

Quels types d’empathes êtes-vous

Quels types d’empathes êtes-vous ?

13 Juin 2018 | Spiritualité – Vu sur https://arcturius.org/

Quels types d’empathes êtes-vous ?

Un empathe est une personne hypersensible capable de comprendre la personnalité des gens et de ressentir leurs émotions, leurs personnalités. Mais le don d’empathie se révèle en fait être beaucoup plus complexe que cela. En effet, comme il existe différents types d’empathes ayant chacun leurs spécificités et leurs points forts. Si vous êtes vous-même empathe ou si vous en avez déjà côtoyé, peut-être même sans le savoir, le descriptif qui va suivre pourrait vous aider à y voir plus clair. Découvrez dans cet article les 11 types d’empathes qui existent à travers le monde.

PRÉSENTATION DES 11 TYPES D’EMPATHES

A ce jour, on dénombre 11 types d’empathes différents aux spécificités particulières.

Le premier est l’empathe émotionnellement réceptif : il capte et ressent les émotions des autres comme une éponge.

Le second est lui physiquement réceptif. A l’inverse du type d’empathe précédent, il décèle et ressent les mêmes douleurs ou sensations physiques (migraines, tendinite, douleurs musculaires, etc.).

Le troisième est l’empathe conscient qui décèle la vraie personnalité des individus en quelques minutes seulement.

L’empathe expert en géomancie qui aspire les énergies vitales de la terre et du sol.

Le cinquième type est le fanna qui peut communiquer avec les animaux et les comprendre parfaitement.

Le sixième genre est sa complémentaire, l’empathe flora, qui lui réussit à dialoguer avec les plantes, les fleurs, les arbres et la végétation dans son ensemble.

Le médium, quand à lui, arrive à communiquer avec les esprits, les fantômes, les âmes qui errent entre deux mondes.

Le huitième genre est l’empathe psychométrique qui lui capte les énergies et le flux des objets environnants et inanimés comme les meubles, les bijoux, etc.

L’empathe télépathique peut lire les pensées inavouées de n’importe qui.

Puis, l’empathe cognitif peut pressentir certains événements avant leur arrivée. Un peu à la manière d’un médium, son sixième sens et son intuition sont particulièrement développés. Très à l’écoute de ces derniers, il ne prédit donc pas l’avenir mais est à l’écoute de ses instincts.

Le dernier type d’empathe est le Heyoka, le dernier niveau d’empathie mais aussi le plus puissant car le plus rare. Ils sont comme des « miroirs émotionnels » vivants pour leurs proches car ils reflètent leur défauts et les points forts de chacun des individus en les mettant à nu.

Vous êtes-vous reconnu dans le descriptif de ces 11 types d’empathes différents ?

Cela vous a-t-il permis d’y voir plus clair sur votre différence ?

Et qui sait, il existe peut-être encore d’autres genres d’empathie qui se révéleront bientôt au monde.

Source : http://www.wemystic.fr/

Texte partagé par les Chroniques d’Arcturius – Au service de la Nouvelle Terre

—————————
Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
qu’il ne soit pas coupé
qu’il n’y ait aucune modification de contenu
que vous fassiez référence au site Source

Avatar, un film illustrant la reconnexion avec la Mère

Avatar, un film illustrant la reconnexion avec la Mère

Publié le 20 Septembre 2015 par Aurélia LEDOUX

Le droit à vivre libres des Na’vis

Bien des choses ont été écrites sur le film Avatar, du brillant réalisateur James Cameron.

Des choses souvent bien dures, voire calomnieuses, pour un film avec une histoire atypique qui présente enfin une civilisation stellaire intéressante, dont nous avons bien des choses à apprendre.

Voici ce qu’en dit Wikipédia :

L’action se déroule en 21541 sur Pandora, une des lunes de Polyphème, une planète géante gazeuse en orbite autour d’Alpha Centauri A, à 4.4 années-lumière.

Lorsque j’ai vu ce chef d’œuvre pour la première fois, il m’est apparu comme visionnaire, et en tout cas, faisant écho à mon ressenti par rapport à la vie qui emplit notre planète, une vie siégeant sur les hautes sphères spirituelles, d’allure irisée.

Dans cet article, je souhaite simplement souligner les aspects brillants qui m’ont profondément interpellée sur ce film de science-fiction novateur.

Avatar, c’est tout d’abord, pour ceux qui ne le connaâtraient pas, la découverte de ce fantastique berceau vert de Pandora, dans un futur proche, par Jack Sully, un marine blessé à la moelle épinière et paralysé des jambes.

Il découvre une planète forestière, en réalité une lune forestière, orbitant autour d’une géante gazeuse et de son étoile. Donc, les premières images du film sont superbes.

Pandora est habitée par le peuple des Na’vis, qui vivent dans les arbres et possèdent un lien très fort entre les membres de leurs clans.

Chaque clan est en fait une famille. Les clans vivent un peu partout sur la planète, un monde forestier fantastique avec des arbres d’au moins deux kilomètres de haut, pour les plus grands.

Bien sûr, la première rencontre de Jack Sully avec les indigènes méfiants est assez abrupte au départ. Il parle avec la chef spirituelle, Moa’t, laquelle dit qu’il est impossible « d’enseigner leurs usages à ceux qui viennent du ciel ». « Car il est très difficile d’emplir une coupe qui est déjà pleine. »

Mais les signes spirituels sont clairs, et Jack est initié peu à peu aux usages du clan Omaticaya, qu’il apprend à mieux connaître. Les Na’vis chassent et vivent en collectivité, ils dorment en groupe dans le même arbre, afin de se protéger des prédateurs qui hantent les forêts. Il existe des chiens reptiliens à la peau noire et brillante avec six pattes, et des animaux proches d’un mélange de dinosaure herbivore et de buffle. Les animaux en 3D sont saisissants de réalisme. Il existe beaucoup de petits lézards volants, mais aussi des « ikrans » que les Na’vis domptent pour voler sur leur dos. Tout cela est très spectaculaire, cela me donne envie de revoir le film !

Jack en vient lui même à devoir passer cette épreuve, et il réussit avec brio. Il est ainsi accepté par la tribu et tombe amoureux de la belle Neytiri, la fille du chef. Ensuite, il tente de faire son possible pour que les Na’vis soient épargnés, mais il s’aperçoit que les militaires se sont servis de lui pour connaître les points stratégiques faibles des indigènes.

Après une attaque surprise, les Na’vis sont décimés, et fuient.

La planète Pandora est très particulière, puisqu’elle possède des gisements d’unobtainium, un minerai fantastiquement rare, dont le prix sur Terre est exorbitant. A partir des profits juteux réalisés par l’industrie minière, il est possible de financer des travaux de laboratoire, menés par une équipe de chercheurs.

Ce minerai local est très particulier, il est parcouru de petits éclairs bleutés. Il semble posséder des propriétés ferromagnétiques, phosphorescentes et aussi dégager une radioactivité naturelle très légère.

Ce qui est très intéressant, c’est de constater que la présence de ces gisements coïncide avec les lieux où se trouvent les arbres sacrés des Na’vis, et où ils communient avec Eywa, leur déesse-mère, mais aussi avec la voix de leurs ancêtres.

Eywa, leur divinité, siège au cœur de Pandora, et les Na’vis, pensent que chaque défunt retourne auprès d’elle. Ils possèdent de plus des particularités physiologiques étonnantes.

Les Na’vis, sont des humanoïdes de très grande taille, 2M50, à 3 mètres, à la peau bleue magnifique et aux grands yeux vifs, verts ou dorés. Leurs visages sont très expressifs, et la nuit venue, leurs corps se parent de petits points de lumière phosphorescents du plus bel éclat.

Comme ils grimpent aisément aux arbres, ils possèdent une longue queue pour s’équilibrer.

Mais le plus extraordinaire, est cette excroissance de leur rachis cérébral qui se tient dans leur longue tresse de cheveux. Ils le nomment le lien, « tsaheylu », et l’emploient pour communier par l’esprit avec les animaux, les plantes, et même le sol de leur monde !

Donc, les Na’vis, sont un peuple en apparence sous développée, aux yeux des colons terriens.

Pourtant, ils pratiquent la télépathie avec les animaux, connaissent parfaitement l’harmonie qui unit la Mère et les êtres vivants sur leur monde, ils s’intéressent beaucoup à la spiritualité.

J’irai même plus loin pour affirmer que les Na’vis ressemblent vraiment aux Amérindiens.

En effet, ces derniers sont des archers habiles, montent à cru sur leurs coursiers, échangent par télépathie avec les chevaux et les serpents. Lorsqu’ils tuent un animal à la chasse, ils le remercient du présent de sa chair, et aident son âme à passer dans l’au delà. Ils connaissent le temps qu’il fera, et invoquent les esprits de la nature.

Contrairement à nous autres Occidentaux, les Indiens ne pratiquent pas la répression des émotions, ils les laissent jaillir d’eux-mêmes. Les Na’vis sont ainsi, très impulsifs, et cette fougue se traduit par un courage sans nom, lorsqu’ils doivent affronter des hélicoptères de combat et des vaisseaux bombardiers.

Dans leur histoire, les Indiens ont du faire face aux inventions terrifiantes des blancs et se battre juste avec des arcs et des flèches, face à des fusils de guerre et des canons.

Donc, les Indiens, de même que les Na’vis, sont un peuple connecté à la Terre. Ils ont un savoir que nous avons perdu en nous urbanisant.

Mais ce qui est frappant dans le film avatar, c’est d’assister à la reconquête d’un peuple dit primitif, un peuple qui doit faire face au pillage croissant orchestré par les industries de la Terre. Celles-ci s’accaparent le droit d’extraction minier et apparaissent comme des parasites. Elles ne demandent pas le permission de creuser le sol, mais imposent cela aux indigènes, et ne donnent rien en échange.

Cela dit, les indigènes ne sont pas intéressés par ce que la « civilisation » a à leur apporter, ils ne veulent pas de vêtements, d’autoroutes, d’écoles, ni de bière. Ils veulent juste continuer à vivre comme ils l’ont toujours fait, en étant vraiment libres.

Les escouades de marines, (des Américains je suppose), comme Jack Sully, sont venus là pour tuer au besoin le gibier Na’vi qui empêchera le succès de ces opérations, avec une importante artillerie lourde. Les hommes les plus féroces et les plus impitoyables ont été recrutés pour « pacifier » la planète.

L’atmosphère de Pandora est irrespirable pour les Terriens qui s’asphyxient en deux minutes. Voilà pourquoi ils doivent porter des masques et vivre dans des bases étanches.

Les colons terriens en place sur Pandora, sont cependant divisés. Il existe en premier les industries minières, hésitant à massacrer des indigènes, et notamment des enfants.

Le regard de la caméra montre le pillage de la nature par l’homme, une nature qu’il ne connaît même pas, et qu’il n’a qu’à peine étudiée. Donc, les forêts sont incendiées, même les sites sacrés, et le lieu d’habitat des populations, comme l’arbre-maison des Na’vis, qui n’ont nulle part où aller.

Il existe un parallélisme frappant avec les massacres d’Indiens qui ont lieu en Amazonie, par des mercenaires ou plus simplement des hélicoptères. Ces derniers déversent des maladies, des gaz, ou incendient la forêt, tuant des Indiens innocents.

Tout cela dure encore de nos jours, simplement parce que ces Indiens habitent sur des gisements de cuivre ou de pétrole. Comme les Indiens qui vivent dans les forêts n’ont pas d’existence administrative, aucun état civil, de tels massacres passent inaperçus.

Donc, les Na’vis sont un peuple entravant une extraction minière massive. Le plan de la Terre est simple, piller ce monde sans ce soucier des conséquences.

L’unobtainium participe à la vie de Pandora, sa phosphorescence se révèle la nuit, on voit donc, que les plantes et les habitants sont emplis eux aussi de ce composé bleuté. Le sol réagit et s’illumine aux pas des indigènes. L’arbre des âmes est le lieu où les Na’vis communient avec la mère, depuis des générations et des générations. Ce lieu est entouré d’un vortex magnétique surpuissant qui gêne le guidage des appareils militaires.

Certains soldats sont révoltés par la manière dont les Na’vis sont massacrés, ils font alliance avec les scientifiques, désireux de préserver ce monde sublime, et s’enfuient dans les montagnes.

Les scientifiques représentent une branche ouverte de la connaissance, notamment le Docteur Grace Augustine, une botaniste passionnée. Elle réalise que Pandora est en train d’être peu à peu détruite et que son peuple est un ennemi idéal à abattre.

Elle a découvert que les arbres sont tous connectés entre eux par un réseau énergétique semblable à un mycélium géant. Ce vaste réseau énergétique constitue une banque de données stupéfiante, de milliards et de milliards de connexions, bien plus que dans le cerveau.

C’est en réalité la mémoire entière de la planète ET DE TOUS CEUX QUI Y ONT VÉCU.

Tout cela, évidemment, me fait penser à ce qui m’a été donné de voir dans des visions analogues.

Sur Terre, cette mémoire est concentrée dans les cristaux de quartz, et aussi de calcite des grottes. Voilà pourquoi sûrement nos ancêtres aimaient les grottes, comme les Na’vis, ils arrivaient par la transe ou d’une autre manière à se relier à cette connaissance ancestrale. Ils arrivaient à voir les pas exacts de ceux les ayant précédés.

Les arbres communiquent effectivement entre eux, par leurs racines, bien sûr, mais aussi par le vent qui agite leurs feuilles faisant naître des ondes très subtiles dans l’air. Ils forment un peu comme des familles et je perçois de mieux en mieux les vibrations qui s’en échappent. Il existe également des esprits très sages qui veillent sur certains arbres.

Il en est de même pour les animaux, qui réagissent très bien aux influx de bienveillance des êtres humains. Lorsque je tente de photographier des animaux sauvages, il leur arrive de ne pas s’enfuir, mais de me regarder avec une grande curiosité. Je suis bien sûr la première émerveillée de ce contact.

Les liens entre les Na’vis et leurs lézards volants, les ikrans, m’ont particulièrement frappée à cet égard. C’est la première fois au cinéma que je vois une telle fusion, un tel lien psychique entre des animaux sauvages et des êtres humains.

Avatar est donc un film magistral qui illustre la reconnexion avec notre monde. Il fait naître des larmes de joie lorsque la belle Neytiri fonce dans le ciel avec son dragon volant, en passant au ras des falaises. C’est la reconquête de la liberté !!!

Celle-ci s’opère également pour Jack Sylly, condamné à se déplacer dans une chaise roulante. Il subit les railleries des autres légionnaires dès son arrivée à la base.

On apprend que l’armée de la Terre a déjà colonisé d’autres planètes, d’autres systèmes.

Elle vient sur Pandora pour s’approprier les gisements d’unobtainium et exercer une sévère répression sur les habitants qualifiés de « singes bleus ».

On apprend aussi que, parallèlement à cette campagne d’intimidation et de peur, des recherches sont menées pour comprendre les écosystèmes très particuliers de la belle Pandora.

Ces recherches au coût astronomique visent à essayer de pacifier les Na’vis en dialoguant avec eux.

Cela se fait au moyen des avatars, ces fameux corps développés en couveuse avec une hybridation Terriens/ Na’vis. Les avatars peuvent respirer sans masque l’air de la planète.

L’esprit du pilote d’avatar est projeté à distance dans un corps endormi, au moyen d’une machine qui harmonise les impulsions cérébrales du « pilote » et du corps à contrôler.

Jack Sully doit donc contrôler à distance un corps qui lui ressemble. Il prend la place de son frère jumeau défunt, de manière fortuite pourrait-on dire. Mais bien sûr, rien n’est hasard dans ce film, puisque la venue de Jack Sully va tout changer !

Il réapprend à courir avec un autre corps que le sien avec une joie presque douloureuse. Tout cela est admirablement bien montré dans des images superbes.

Le point culminant du film est l’affrontement final. A la veille de la bataille, Jack Sully parle à la Mère, au lieu sacré de l’arbre des Âmes. Il lui révèle ce que les humains ont fait sur Terre, laquelle est devenue une immense ville de ciment et de goudron. Ils ont « tué leur Mère » dit-il. Mais Eywa, qui doit simplement veiller au bon équilibre de la vie et n’est pas censée prendre parti, décide de changer le cours de la bataille.

Alors que les Na4vis sont décimés, des légions d’oiseaux, de lézards volants et de dragons féroces attaquent les vaisseaux bombardiers. Au sol, les animaux carnivores déciment les rangers et se jettent sur les véhicules tout terrain, qu’ils aplatissent comme des crêpes.

La victoire intervient donc.

« Ceux qui viennent du ciel » doivent s’en retourner avec leurs blessés sur leur monde agonisant. Les Na’vis conservent le matériel de guerre afin de veiller à la protection de leur planète, et acceptent que des Terriens dévoués restent sur leur monde.

Finalement, Jack Sully a le privilège de renaître entièrement dans le corps d’Avatar, et de venir l’habiter pour de bon. Les Na’vis lui font cette grâce pour avoir réussi à libérer leur monde.

Ce film est donc édifiant, c’est la première fois au cinéma après la Guerre des Étoiles épisode 6, (avec les Ewoks), que l’on assiste à l’écrasement d’une puissance technologique supérieure, par un peuple vivant en harmonie avec la nature.

Le film de James Cameron est aussi une ode brillante à la défense des peuples opprimés par les industries minières qui continuent à se remplir les poches sans éthique, à travers le monde.

Il met en exergue le droit à résister à ces pratiques de pillage de la nature, fondées sur l’ignorance de l’harmonie subtile de notre environnement. Le mal que nous faisons à la Terre, nous le faisons aussi à nous mêmes et à ceux qui fouleront ce sol après nous, voilà pourquoi il nous faut la protéger.

Ce n’est pas un concept écologiste ringard, c’est simplement une réalité présente, A LAQUELLE NOUS DEVONS TOUS FAIRE FACE.

A la lecture d’autres textes, je dirai que le réalisateur du film va beaucoup plus loin, puisqu’il révèle que le concept de conquête de l’espace est une bien grande arrogance de notre espèce. Avant de songer à conquérir d’autres mondes, il nous faut déjà arriver à face face aux problèmes environnementaux que nous ne sommes pas encore parvenus à régler, comme la pollution, la gestion des déchets, et le « vite consommer puis jeter ».

Pourquoi jeter des objets qui sont encore en bon état ? Il y en a tellement déjà dans les décharges. Sommes-nous devenus esclaves de la mode et du faire valoir social, au point d’ignorer le gaspillage généré par l’industrie de consommation de masse ?

Aller spolier indûment les ressources d’un autre monde ne nous sera pas permis, et ne fera qu’étendre le problème.

Si ce que disent les informateurs militaires est vrai, si l’armée de la Terre a déjà visité d’autres mondes où elle a implanté des colonies, alors, j’espère qu’elle l’a fait avec respect, en protégeant les peuples qui s’y trouvaient déjà en les respectant, et en préservant aussi les écosystèmes qui s’y trouvaient avant sa venue.

Je fais le vœu que le film Avatar, ouvre la possibilité d’un échange brillant avec nos frères et sœurs de l’espace, dont la présence se fait de plus en plus sentir.

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

Publié dans Articles

 

Vous recréez inconsciemment ce que vous avez perdu

Vous recréez inconsciemment ce que vous avez perdu

Publié le 19 Mai 2018 par Aurélia LEDOUX

Vous recréez inconsciemment ce que vous avez perdu

Message de Catherine

Que voilà de longues connaissances sur les navires. Que voilà des textes satisfaisants.

Autrefois, il n’y a pas si longtemps, l’espèce humaine maîtrisait l’ingénierie de vol, l’exploration spatiale.

Celle-ci fut effectuée et eut lieu avec succès, jusqu’aux différentes planètes du système solaire et un peu au-delà, vers les systèmes stellaires voisins.

Tout cela était rendu possible par la transmutation des champs spatio-dimensionnels que permettait l’usage de l’antigravité.

En ne pesant plus sur la trame de l’espace temps, un engin propulsé à haute vitesse est désinscrit temporairement des champs de causalité, du présent, du devenir.

Il devient son propre devenir, il ne pèse plus, il peut voguer très vite et très loin. Cette courte échappatoire doit être parfaitement maîtrisée, les phases de rebond et de décélération sont les plus cruciales. Car si cet engin perd ses caractéristiques d’inscription première, il sera propulsé en un autre lieu, un autre temps, il risque de ne pas retrouver son chemin.

Voyez-vous l’engrenage ?

Mais tout cela a une fin, la curiosité, l’exploration, l’au-delà.

Je suis de mon côté parvenue à un haut niveau de connaissances, que je vous fais partager. Ici dans le monde d’après il en est ainsi. Nous sommes parfaitement au courant de l’existence d’autres formes de vie, d’autres civilisations, que les nantis au pouvoir nient désespérément malgré l’abondance de preuves matérielles et scientifiques.

Cela est désastreux pour leur future crédibilité et précipitera leur chute, puisque la vérité a fait surface.

Nous sommes heureux donc de constater que de plus en plus de vaisseaux affluent vers la Terre.

Vous pouvez vous ressouvenir maintenant, de vos passés brillants de glorieux explorateurs de l’espace. Cela est inscrit en vos vies antérieures, en vos gènes. Cet encodage séculaire fait surface à travers les meilleurs films de science fiction. Vous recréez inconsciemment ce que vous avez perdu.

Vous parvenez à le réaliser vraiment.

Nous vous félicitons et vous remercions pour votre brillant esprit d’aventure. Oui, car dans le passé, vos nefs étaient imbattables à la course, plus rapides que le vent et que la lumière. Vous n’aviez nulle peur de ce que vous alliez trouver au-delà.

Vous étiez conscients que c’est en ayant les plus grandes aspirations vers le meilleur, que celui-ci vient à vous de manière absolument certaine.

Ne doutez pas, concentrez-vous sur ce meilleur. Opérez une lumineuse transmutation de vos doutes, en joie, en heureux avancement de votre destin.

Qu’est ce qui serait le mieux pour vous, qui vous propulserait au sommet du bonheur ?

Vous tenez là le maillon essentiel de votre vie. Brandissez le haut et fort au delà de votre lendemain, à chaque jour qui s’en vient. Et ce que vous rêvez de voir se produira, de manière absolument certaine, grâce à cette visualisation faste.

Nous vous embrassons très fort, nous, êtres de l’après-vie, qui voyons clairement au fond des choses,

Je suis Catherine du Royaume de l’Après vie et je vous aime tous et toutes, soyez bénis.

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

 

Publié dans Messages

Les vaisseaux-lumière et les exoplanètes

Les vaisseaux-lumière et les exoplanètes

Publié le 30 Mars 2018 par Aurélia LEDOUX

Message de Dorian

« Nous avons un autre message sur l’exploration spatiale, l’exploration des mondes à naître.

Tant de fois les êtres humains se demandent, en observant le ciel étoilé, comment sont les surfaces des autres planètes, des autres mondes inconnus.

Tant de fois, les chercheurs d’exoplanètes, dont plusieurs milliers ont déjà été répertoriées de par votre monde, se demandent si leur surface est viable.

Ils imaginent comment cela ferait de se déplacer à leur surface.

Et pourtant, chose amusante, vous ne possédez pas encore les moyens techniques pour aller explorer ces sphères. Que de joie nous saisit alors, devant cette curiosité, cette soif de découvertes qui est la vôtre !

Vous vous demandez si de la vie existe sur la plupart des exoplanètes, et nous allons vous répondre, oui, bien sûr que oui !!!

Comme déjà expliqué dans d’autres messages, toute vie a besoin d’un support énergétique, un lien animé la reliant à sa planète-mère pour exister, pour se mouvoir aussi. C’est ce que vous nommez l’âme.

Vos savants n’étudient pas encore l’âme, ils en sont seulement aux synapses du cerveau, et ils ont l’intuition fondamentale que les mécanismes structurant l’activité et l’intégrité du cerveau, sont externes à celui-ci.

Ils ont élaboré le concept de neuroplasticité, qui traduit la souplesse du cerveau, sa manière de s’adapter aux différentes commandes, aux différents chaînons de messages qui lui sont transmis… par l’âme, ou l’esprit, comme vous le souhaitez, c’est-à-dire, votre volonté.

Les N.D.E. prouvent de manière indubitable que la conscience de l’être humain est externe à son enveloppe corporelle et peut en certains états de conscience, voyager, pour embrasser pleinement une scène vue du dessus, de manière télépathique.

Cela est un fait que vous envisagez d’admettre, peu à peu et que la plupart des textes religieux soulignent, cette survie de la conscience, de l’âme.

Nous vous invitons à conscientiser ce lien splendide qui vous unit à votre Mère à tous, la Terre, et à le choyer. C’est par lui que vous vivez, que vous guérissez, de vos affections, de vos peines. L’énergie immense de la Terre s’écoule en vos êtres endormis chaque nuit, pour les régénérer.

Pour un explorateur qui choisit de voyager dans l’espace, il faut que ce lien soit maintenu, réamplifié. C’est pourquoi, les vaisseaux que nous utilisons intègrent ces fréquences clés, nécessaires au bien être des passagers.

Vous appelez ces fréquences ondes de Schuman, et gravité. La gravité des mondes, leur chant, est différent. Lorsqu’il s’agit d’explorer de nouveaux mondes, chaque membre de l’équipage possède un émetteur cardiaque personnel, qui lui permet de ressentir ces minuscules pulsations et de se trouver en sécurité.

Nombre de fois avons-nous été sur des sphères très différentes, et cela sans risque, grâce à ces émetteurs.

Il existe de nombreux mondes volcaniques, arides, rocheux et semi-liquides, comme le vôtre, constitués de sols riches, ou entièrement composés de nappes liquides.

Chacun de ces mondes porte une vie qui lui est adaptée, plasmatique, énergétique, neuronale, comme la vôtre, ou éthérique, c’est-à-dire, des mondes de hautes dimensions.

Les formes de vie invisibles, c’est-à-dire composées de lumière pure, sont extrêmement répandues dans l’univers. Certaines de ces formes sont immenses et paisibles, elles possèdent une très grade faculté à voyager dans l’espace.  Nous les appelons antrèmes. Il est vraiment extrêmement agréable de se trouver à bord d’un antrème. Il s’agit d’un organisme creux aimant à transporter des passagers et à communiquer, d’une curiosité infinie. Les antrèmes sont immensément âgés et sages, les plus jeunes sont plus petits mais tout aussi avisés.

Pour se relier à nous, ils possèdent de longs appendices de lumière, il suffit de les toucher pour entendre clairement leur pensée. C’est une expérience qui nous emplit à chaque fois d’une très grande félicité. Cet échange est mutuellement bénéfique, puisque les antrèmes ne peuvent trop s’approcher de certaines planètes, comme celles qui abritent des volcans ou une atmosphère tourmentée. Ils comptent sur nous pour leur relater par images à quoi peuvent bien ressembler ces mondes, de quoi ils ont besoin.

La plupart des planètes aspirent à être stabilisées, puis peuplées ensuite de formations végétales, d’algues, de plantes vertes, de cactées, d’organismes biominéraux, il existe de très nombreuses plantes, plus ou moins animées, qui constituent une multiplicité de formes de vie très riches en coloris et en variétés.

Ensuite, les planètes aiment souvent à être peuplées de civilisations, capables d’échanger par la pensée avec elles, mais pas toujours. Certains mondes ne souhaitent qu’un peuplement relativement léger de formes de vie éthériques, d’une grande subtilité.

C’est pourquoi, les planètes sont entourées de gardiens, ou d’anges, qui informent les âmes voyageuses de ce qui est le meilleur pour elles.

Après la mort du corps, certaines âmes choisissent de continuer leurs cycles incarnationnels sur d’autres sphères, de vibrations différentes. Elles renaissent, et leur jeune corps physique s’imprègne des vibrations de la planète qui les a vus naître. Ce lien se tisse et se renforce au fil des ans.

C’est pourquoi, il est pratiquement impossible de faire naître ou croître des formes de vie dans l’espace avec votre technologie. Il n’existe que très peu d’énergie de croissance, dont les formes de vie ont besoin pour acquérir santé et longévité.

Les plantes que nous abritons à bord de nos vaisseaux, disposent en abondance de ces énergies que nous recréons au moyen de cristaux radiants et de générateurs de magnétisme naturel.

Les formes de vie que nous recueillons souvent et qui ont besoin de soins médicaux importants, sont souvent ces petits êtres intrigants que vous nommez aliens.

En clonant leurs descendants, certains peuples aliens se sont privés de ce lien qui les unissait à leur sphère d’origine, ils se sont écartés du grand principe fondamental d’évolution propre à toute vie.

Beaucoup de ces aliens ont cependant développé une science, des connaissances extrêmement élevées avec un haut degré de raffinement intellectuel.

Il est donc très agréable d’échanger avec eux, de comprendre leurs besoins et de les aider s’ils le souhaitent.

Les créateurs de formes de vie artificielles telles que les androïdes, sont aussi conscients que ces machines animées ne peuvent manifester ce lien avec une planète, ni le reconnaître et l’embrasser parfaitement. Voilà pourquoi, avec sagesse, ils dotent leurs créations d’un caractère limitatif. La limitation appliquée aux androïdes est indispensable, afin d’éviter qu’ils deviennent trop influents et même dangereux.

Les plus sages des intelligences artificielles présentes dans des consoles, sont incapables de se déplacer pour cette raison et sont conscientes de ce caractère limitatif qui leur est apporté. Elles l’acceptent aisément.

C’est pourquoi les ingénieurs préfèrent collaborer avec des êtres vivants, des formes de vie conscientes, plutôt qu’avec des machines. Les êtres vivants sont animés par la lumière originelle qui a tissé tous les mondes et les univers. Par l’amour.

Une machine, aussi sophistiquée soit-elle, ne peut receler autant de lumière. Pour cette raison, nos vaisseaux sont des êtres vivants, des formes de vie stellaires, ou des créations effectuées à partir d’une cristallisation de la lumière pure.

Nous y invitons chaleureusement à bord toutes les civilisations, toutes les formes de vie, tous les êtres qui le souhaitent. Nos vaisseaux comportent d’immenses vallées, des prairies, des montagnes, des champs, et bien sûr de nombreuses habitations douillettes. Ces lieux de vie sont réservés aux soins des convalescents. Il y circule une atmosphère très énergisée, qui rend les heures de sommeil nécessaires moins nombreuses.

Nos musiciens et nos chanteurs y jouent les airs les plus joyeux qui soient.

Nous sommes très heureux d’avoir pu délivrer ce message. Vous aussi, vous êtes chaleureusement conviés à bord de nos cités volantes, où s’écoulent des fontaines de lumière !

Soyez remerciés de votre bonté, de votre intérêt sincère.»

 

Dorian et les Guides de Lumière.   

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

 

Publié dans Messages

La transmutation des mondes

La transmutation des mondes

Publié le 23 Mars 2018 par Aurélia LEDOUX

Message d’Orel

« Je suis Orel du Royaume supérieur.

Supérieur par rapport à votre plan, mais nous n’aimons guère ce mot. Le mot parallèle serait plus juste, car les réalités se recoupent et se superposent parfaitement. Dès lors, tout ce qui se passe sur votre monde nous est connu. Surtout ce qui est caché à votre regard.

Nous percevons très bien la trame des univers, les arches d’étoiles et les courants internes de votre galaxie. Nous sommes ainsi parfaitement à même de voyager dans l’espace. Cela nous ouvre des horizons immensément vastes d’exploration des mondes. Et comme nous sommes heureux lorsque nous rencontrons une civilisation en phase d’éveil comme la vôtre !

Phase d’éveil veut dire qu’il ne faut pas brusquer les choses, mais les laisser se déployer d’elles-mêmes lentement, afin que cela se fasse dans l’harmonie. Un peu comme lorsque vous aidez un enfant, afin qu’il fasse ses premiers pas, vous l’empêchez juste de tomber.

C’est ce que nous faisons avec votre monde, nous l’empêchons de tomber dès lors qu’il y a déséquilibre, le reste – avancer – c’est vous qui l’accomplissez.

Vous avez déjà fait bien du chemin.

Il est de nombreux mondes que nous avons ainsi accompagnés vers la liberté, vers la sortie d’une société coercitive.

Sur votre monde, la plupart des humains sont esclaves de l’argent, de la subsistance alimentaire et matérielle.

Cela est un non-sens.

Sur les planètes libres, baignées par l’amour, les centres de production d’énergie ne sont pas accaparés par des monopoles miniers, mais par des compagnies qui redistribuent absolument tout de manière spontanée.

Sur ces mondes paisibles, chacun œuvre à la tâche de son choix, de manière gracieuse, et tous les êtres reçoivent des biens de la vie courante en abondance. Ils reçoivent des produits alimentaires et des objets usuels, qu’il s’agisse d’habits ou de mobilier.

Chacun dispose d’un intérieur douillet où il se sent bien.

Il existe à l’intérieur des vaisseaux-lumière, de même, une grande variété d’habitations.

En ces vaisseaux, dont certains sont de la taille d’une planète, et qui sont en pur cristal, nous pouvons recréer des écosystèmes entiers. Cela sert à les étudier et aussi à guérir des convalescents.

Il existe des vaisseaux qui abritent des vallées, des chaînes de montagnes, des lacs. Oui, tout cela est possible. Ces vaisseaux sont gouvernés par le principe de l’amour, qui est un fluide omniprésent.

Grâce à sa puissance, nous pouvons concevoir, donc, des vallons garnis de belles constructions, de types d’habitats très variés, de hautes tours, de petites maisons, de grottes, ou de chalets. Oui, tout cela est possible et nous y mettons tout notre cœur.

Nous intervenons aussi sur des mondes au stade terminal, c’est-à-dire sur le point de disparaître. Lorsque l’air est complètement irrespirable, que les eaux et les sols sont lourdement contaminés, comme avec des hydrocarbures, des oxydes métalliques, ou pire des radionucléides, nous prélevons ce sol et en remettons un « neuf » à la place.

Oui, nous faisons cela à visage masqué, ou plus rarement de manière officielle.

Agir de manière officielle est bien sûr plus simple, mais seulement d’un certain point de vue.

Nous avons déjà secouru des mondes sur le point de disparaître et ce n’est pas chose aisée, il faut y enlever tout ce qui vit, toutes les espèces vivantes, les espèces végétales aussi.

C’est pourquoi votre monde est si abondamment étudié, il contient un immense patrimoine végétal, qui ne se rencontre que très rarement dans toute la galaxie.

Nous dupliquons et recréons ces plantes en laboratoire, pour ensuite les cultiver en nos salles immenses.

Ces plantes servent ensuite à aider des civilisations qui connaissent des problèmes d’aridification des sols.

Nous savons que vous aimeriez nous voir apparaître et ce moment est en train de se produire. Tous ces nuages scintillants féeriques, impossibles, ce sont les trames énergétiques de nos vaisseaux-mères, des astronefs immenses, mais de taille relativement modeste pour nous, qui dépolluent en permanence votre atmosphère.

Nous sommes reliés à vous jour et nuit, par la pensée et nous stabilisons sans cesse votre état émotionnel.

Nous faisons tout cela parce que votre rôle est bien plus immense que ce que vous pourriez croire. Vous êtes des transmuteurs d’énergie. Si nous devions apparaître, les choses n’iraient pas aussi bien. Nous n’avons pas autant que vous la possibilité si vaste de réformer votre monde, de le soigner. Il faut que vous en soyez très conscients.

Les vibrations énergétiques émises par votre espèce, sont au-delà de tout ce que vous pourriez concevoir. Nous parlons bien sûr des vibrations de votre centre cardiaque, lorsque vous êtes heureux. Il n’existe pas de limites à ce champ, c’est un champ immense qui s’étend et rayonne son pouvoir bien au-delà des univers connus.

Votre action, dès lors, est déterminante comme jamais. Vous devez chérir ce pouvoir et le cultiver. Voici pourquoi nous ne vous aimons que davantage, chers habitants de ce monde.

Je suis Orel et je suis avec vous par la pensée.»

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

Publié dans Messages

Les grands vaisseaux -2-

Les grands vaisseaux

Publié le 24 Janvier 2018 par Aurélia LEDOUX

Message de Dorian

Une belle alliance avec des peuples très différents de nous

« Nous sommes là, aimables voyageurs du temps.

Nous sommes là pour vous, nous du Haut Plan.

Je me tiens dans un grand vaisseau allongé, de type cylindre transdimensionnel. Nous utilisons ce vaisseau pour des voyages de courte et moyenne distance, c’est-à-dire des voyages intra et extragalactiques.

Les vaisseaux plus grands sont utilisés pour les voyages entre les bulles cosmiques ou superamas de galaxies.

Je suis bien heureux de vous parler des vaisseaux, je sais qu’ils vous intriguent. A bord des vaisseaux, nous avons tout le confort, et la gravité également. Il existe plusieurs niveaux, plusieurs peuples, et la gravité est très variable, parfaitement adaptée aux besoins de chaque être.

C’est ainsi que nous voyageons, en harmonie les uns avec les autres. A bord de ce vaisseau, point de querelles, mais une paix sereine, car les activités les plus agréables y abondent. Le sport, bien sûr, mais aussi la recherche scientifique, les activités de plein air, le jardinage, la confection d’objets artisanaux, l’art, la sculpture, les spectacles musicaux, et tout cela avec une grande joie au cœur. Il vous faut imaginer une maison volante de plusieurs centaines de kilomètres de long.

Oui, un tel voyage spatial est parfaitement maîtrisé, confortable et agréable.

Notre vaisseau se meut au moyen de l’anti gravité, au moyen de la courbure des champs de l’espace-temps par nos navigateurs.

Ce sont des experts et ils peuvent voguer à l’aise à l’intérieur des méandres de l’espace temps, de la trame galactique.

Chaque galaxie est composée d’un fin maillage de courants énergétiques, qui vont suivant des directions variées. Nous avons cartographié cela avec soin et il existe bien sûr des raccourcis dans les couloirs galactiques, des endroits qui débouchent directement sur des zones stellaires habitées. Nous appelons de tels endroits des points d’émersion, vous les nommez vortex ou trous de vers.

Oui, il en est ainsi, mais il n’y a pas de trous dans l’espace, juste des ponts, des liens entre plusieurs endroits. L’espace est un, il est parfaitement organisé, disposé en de multiples feuillets dimensionnels. Ainsi, si l’on se propulse sur de hauts feuillets, le déplacement est quasi instantané. Au moyen de coefficients de rétrocession adéquats, nous pouvons alors nous matérialiser en des lieux très distants les uns des autres. »

Dorian se tient au beau milieu d’un couloir bleuté de vastes proportions, il y est seul, c’est une galerie de maintenance du navire, pourtant ce couloir est superbe, il ressemble à du quartz bleuté radiant, parcouru d’énergie. Le sol est absolument magnifique. C’est un lieu extrêmement paisible, on se sent bien, comme si des fréquences de guérison habitaient chaque zone du navire.

Il franchit une porte ovale, allongée vers les côtés, et un grand hall blanc luminescent tout éclairé apparaît. L’endroit brille de mille feux comme pour une grande fête, c’en est bien une que je vois.

Il se tient là une grande assemblée d’Êtres de lumière, d’aliens, d’humanoïdes et d’êtres semblables à des animaux, mais d’allure très lumineuse, très intelligente. Tous ces êtres murmurent doucement entre eux ou échangent par télépathie.

Un grand transport ovoïde métallique approche sur une rampe d’appontement. Le transport fait environ 60 mètres de long. Il flotte un peu au dessus du sol, à environ un ou deux mètres. Une rampe de débarquement est approchée du vaisseau par les Êtres de Lumière, puis ils attendent et le murmure se poursuit.

Sur le pourtour du petit vaisseau métallique, on voit des séries de hublots, l’intérieur est très sombre, on ne voit rien.

La porte s’ouvre lentement et plusieurs minutes passent. Puis, une petite forme hésitante paraît.

Il s’agit d’un alien de petite taille vêtu d’une très belle parure carmin. L’alien adresse un regard stupéfait à toute l’assemblée, le silence se fait, il descend lentement le grand escalier, puis touche le sol. Ensuite, il s’approche à pas mesurés des hommes et des femmes de lumière. Des paroles de bienvenue fusent de toute part, chacun le salue ou s’incline courtoisement.

L’alien est très agréablement surpris d’aussi bonnes manières, il s’incline à son tour. Alors, une très grande ovation retentit, d’autres aliens suivent, deux êtres qui sont ses seconds, et qui sont accueillis avec une exultation toute aussi vive. Des musiciens entament un air joyeux.

Puis, chacun se met à chanter ou danser. D’autres aliens, très timides, descendent furtivement l’escalier et espèrent que personne ne les remarquera. Ce sont des clones frêles et soumis. Ceux là sont terrifiés. Il jaillit dans l’air une vive lumière et cette lumière se pose sur eux, les entourant complètement, ils en sont tout étonnés et cela leur donne plus d’assurance. Ils se redressent fièrement, et vont rejoindre d’autres clones souriants, qui les accueillent avec une joie contagieuse. 

Dorian est là et les salue à son tour en riant.

Il reprend.

« Oui, voilà ce que nous faisons, nous remorquons beaucoup de vaisseaux de ces génies ombrageux, laborantins fiers et nous les soumettons à une procédure d’épuration. Ces êtres doivent s’épurer, accepter de laisser tomber leur manteau de vanité, pour entrer ici.

Je dirai que ceux-là ont réussi avec brio. Ils osent même converser avec les derniers que nous sommes parvenus à guérir.

Nous ne retenons personne, ici tous les êtres entrent de leur plein gré. Ils sont libres de contempler l’harmonie et nous les laissons repartir s’ils le souhaitent, une fois que leur vaisseau est réparé.

Nous faisons cela très souvent. Lorsque ces êtres repartent, ils emmènent un peu de cette lumière avec eux, elle ne les quitte jamais, mais mûrit dans leur esprit. Ils la laissent éclore, tisser pour eux de nouvelles possibilités. Alors, ces scientifiques âpres décident de faire par la suite, de bien belles innovations en leur monde, cela se met graduellement en place.

Il existe encore des mondes qui sont fermés à la communion psychique, à l’esprit d’entraide. En leur tendant la main, nous n’attendons rien en retour, nous espérons juste les rendre plus heureux. C’est ainsi que les choses se font, de manière graduelle, progressive.

Nous avons ainsi réussi une belle alliance, très solide avec nombre de peuples très différents de nous.

C’est une grande joie de pouvoir vivre en leur compagnie. Ils ont exploré des régions de l’espace qui nous sont inconnues, nous avons tant à partager, à découvrir.

Je vous salue tous, hommes et femmes de la Terre,

Je suis très heureux en songeant à cette ouverture du cœur qui se fait en chacun de vous. Je vous embrasse et vous dis à bientôt.»

Dorian et les Guides de Lumière.

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes : 

Publié dans Messages

Le passage dimensionnel

Le passage dimensionnel

Publié le 10 Mars 2018 par Aurélia LEDOUX

Message de Dorian

« Me voici de nouveau, votre ami à tous.

Je suis Dorian, votre ami du Haut Plan.

Je souhaiterai vous adresser à tous, un message de réjouissances, de bienveillance et d’espoir.

Nos vaisseaux parcourent vos cieux, et bien des vôtres sont parmi nous, la nuit, en rêve et en pensée.

Je pourrai dire que d’une certaine manière, nous nous connaissons très bien !

Il se trouve que dans un lointain passé, nous avons ensemble exploré de vastes contrées à naître, ces petits mondes rocheux, que vous nommez astéroïdes.

Sur ces astéroïdes, nous avons implanté des bases, des zones de lancement, des points névralgiques de connexion avec le reste de l’univers.

Ces points ont bien sûr servi à la réunion de nos différentes flottes de vaisseaux. Mais ils ont également permis de se relier à la trame psychique des êtres de haute pensée. Je veux ici bien sûr parler, de la télépathie.

Il a été et il est toujours question d’aliens, ces êtres que nous aimons tant.

Oui, les aliens éclairés ont acquis d’immenses connaissances, un raffinement intellectuel, et un très grand sens de l’orientation dans l’espace.

Leur esprit a appréhendé des concepts de plus en plus étendus, de plus en plus vastes, cela leur a finalement ouvert les portes de l’univers.

Lorsque les portes de la Connaissance s’ouvrent, l’univers devient accessible.

C’est par le cœur, et non seulement par l’esprit, chers enfants, que la connaissance est donnée.

Nous avons maintes et maintes fois cheminé dans l’espace, emportant avec nous ce bagage, cet héritage de connaissances, afin de le délivrer aux peuples que nous rencontrions, qui en avaient tellement besoin.

Nous l’avons toujours fait, lorsque le développement de ces civilisations excluait toute forme de domination marchande ou minière. Il s’agit d’un point de non-retour, une immersion totale dans l’amour, dans l’esprit de partage et de découverte.

Une fois que vous avez atteint ce point de foi, de douceur, de simplicité, il ne peut en résulter que du bien. Alors, nous nous tenons là, souriants et aimants, afin de vous inculquer toutes ces connaissances immenses.

Ce sont des connaissances qui, bien sûr, permettent de voyager dans l’espace, de fabriquer des dispositifs immenses de captation d’énergie, en vue de son stockage. Et aussi, bien sûr des moyens permettant de soigner une planète en péril, comme la vôtre.

Ces moyens sont aussi ce qu’il y a de plus dommageable, pour quiconque chercherait à détruire la vie. De telles inventions peuvent être détournées de leur fin noble, par des esprits dominateurs, guerriers.

C’est pourquoi, la Source, dans son immense sagesse, a mis au point les portails.

Les portails, ou passages dimensionnels, permettent, lorsqu’un monde a atteint une maturité suffisante, de passer au plan évolutif suivant. Il s’agit bien sûr d’une maturité spirituelle. Lorsque cela se produit, toute la planète, le monde entier, avec ses différentes strates de peuplement, est dissous afin de se réinscrire dans la matrice suivante. Il acquiert une structure vibratoire plus fluide, ce qui le fait pour ainsi dire disparaître.

Voilà pourquoi, les cités de lumière érigées sur les différents mondes peuplant votre système solaire, sont invisibles aux instruments de prise de vue.

Il existe pourtant un très grand nombre de ces cités, de ces lieux de foi, de vie.

Il existe aussi de très beaux mondes accueillants, luxuriants.

Il vous faut concevoir cela, et vous en réjouir, chers habitants de la Terre. Nous sommes très nombreux à vouloir vous aider. Il nous sied que toute la suie s’efface de votre monde. Et c’est en train de se produire, maintenant, en ce moment même.

Je vous salue et je vous embrasse.

Mes frères, mes sœurs et moi-même, sommes très heureux de vous servir. »   

 

Dorian et les Guides de Lumière.

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

 

Publié dans Messages

La diversité des peuples aliens

La diversité des peuples aliens

Publié le 19 Novembre 2017 par Aurélia LEDOUX

Un message sur les petits aliens

« Bonjour à tous, c’est moi de nouveau, votre ami, le professeur Zolmirel.

Je n’aime pas trop ce titre de professeur, mais puisque vous aimez bien m’appeler ainsi, je m’en trouve ravi !

Aujourd’hui, j’aimerai vous parler une fois de plus des petits aliens.

Oui, cela est mon souhait, car de plus en plus des vôtres s’intéressent aux peuples reptiliens ou amphibiens.

Et comme il en existe beaucoup dans l’espace, dont on parle, cette question vous intrigue vivement.

Oui, il existe beaucoup de peuples, de créatures, qui ont muté à partir de ceux que vous nommez des animaux.

En réalité, la séparation entre les animaux, et les êtres dits « pensants », intelligents, comme les vôtres, n’est pas évidente au premier abord.

Les animaux se différencient parce qu’ils constituent une entité collective. Mais cela ne fait pas d’eux des êtres dénués de pensée. Me suivez-vous ?

Vos savants sont bien embarrassés à l’heure actuelle, pour différencier l’intelligence des animaux de la vôtre. Et ils se rendent compte, et cela est heureux, que bien des animaux, comme les corneilles par exemple, sont extrêmement intelligents et peuvent résoudre des problèmes complexes.

Pour les peuples de l’espace, il existe beaucoup de planètes qui comportent une vie uniquement animale. Et cette vie atteint alors un haut degré d’harmonie, de conscience, et de subtilité, comme c’est le cas pour les baleines.

Ce n’est pas parce qu’une créature, ou un groupe d’animaux ne réalise pas de développement civilisationnel visible, comme une ville par exemple, une production intellectuelle ou culturelle, l’exploration spatiale, qu’il est dénué d’intelligence.

Au contraire, nous avons tendance à penser que les animaux, qui savent tirer profit des éléments naturels se trouvant à leur disposition pour créer des nids, sont très intelligents, très habiles !!!

Et vous aussi, vous commencez à penser de la sorte.

Donc, pour en revenir aux aliens, je dirai simplement qu’ils sont un mélange subtil entre ces animaux disparus, qui ont formé les grands reptiles, des êtres du jurassique et plus tard du crétacé, et des espèces d’amphibiens, comme les grenouilles, les salamandres.

Ces animaux, tels que les reptiles, peuvent revêtir des formes très variées, des caractères très divers, allant de la tortue, un animal sage et paisible, au lézard, très curieux et astucieux. Cela a donné une grande variété de peuples de lézards bipèdes, d’un grand raffinement de pensée, extrêmement élevés spirituellement, qui possèdent un grand nombre de colonies sur des planètes variées.

Et puis un jour, les généticiens ont eu l’idée de mêler ces lézards, à des créatures humanoïdes, pour coupler les qualités des deux espèces. Un grand nombre d’hybrides d’aliens, avec des succès très grands, puis plus mitigés par la suite, sont nés de ces expériences.

D’autres généticiens, enfin, avides, et désireux avant tout de générer des créatures capables, d’un très haut degré d’intelligence, ont voulu créer des aliens, une nouvelle race, qui aurait vraiment une intelligence immense, fondée sur l’arithmétique.

Et ils y sont parvenus avec un résultat navrant, il me faut bien l’avouer. Oui, ces créatures sont intelligentes, assurément, mais en développant cette sphère intellectuelle à un point si élevé, ils ont dénaturé plus ou moins consciemment, le lien que ces êtres entretenaient avec leur âme, avec la Source, donc avec la vie elle-même.

Cela a engendré des êtres incapables de penser par eux-mêmes, et donc soumis à un contrôle mental tout à fait attristant.

Oui, car de telles créatures ne pouvaient point survivre sans cette attache de leur âme, il a fallu trouver tout autre chose pour s’y substituer. Est né ce contrôle mental. Mais cela ne suffisait pas, ces êtres ont dépéri, génération après génération.

Et c’est ensuite que les expériences d’hybridation ont commencé, par des métissages plus ou moins heureux avec les vôtres.

Une nouvelle race d’hybrides était née.

Ce que les généticiens ne pouvaient pas prévoir, c’est que ces êtres allaient se révolter contre eux.

Oui, en hybridant leurs créatures avec des Terriens, les généticiens ont créé leurs propres opposants. Il y a eu une révolte silencieuse, ces êtres n’obéissaient plus, les uns après les autres, ils s’en sont simplement allés suivre un autre chemin.

Ces nuées de désertions, de dysfonctionnements massifs, ont plongé les aliens généticiens dans une effroyable colère, et cela a précipité leur chute.

Vous vous demandez souvent pourquoi les grands animaux, tels que les dinosaures, n’ont pas eu de descendants au psychisme si développé que le vôtre, car en 65 millions d’années, ils auraient eu largement le temps d’évoluer pour devenir des êtres de haute pensée.

Votre réflexion est fort juste.

La vérité est que ces êtres existent bien, les dinosaures ont eu beaucoup de descendants indirects, beaucoup étaient avides et matérialistes, assoiffés de pouvoir, de domination, mais d’autres ont suivi un chemin très noble, de haute pensée.

Ils sont devenus nos meilleurs amis, des êtres aimants et désireux d’aider la race humaine toute entière. Nous sommes toujours heureux de bénéficier de leurs travaux en ingénierie spatiale, en botanique et en génétique. Il existe beaucoup de lézards dans les caves de la Terre, au tempérament artistique, à l’esprit ouvert, aimant à converser avec des êtres aussi agréables que nos enfants.

Oui, il existe énormément d’enfants aliens qui ont été recueillis, il existe beaucoup de créatures dans les centres de guérison de la Terre intérieure.

Tous ces êtres sont paisibles, aimants et désireux d’aider un grand nombre d’âmes en peine. Il existe parmi eux de très grands lézards, qui susciteraient votre crainte, mais de nature calme et d’un tempérament généreux.

Ces êtres, dont les entités militaires de votre monde connaissent l’existence, sont cachés à votre regard. Cela a été fait aussi à chaque fois que des vestiges ont été découverts, mais vos ancêtres les ont côtoyés. Leur image est présente en votre inconscient collectif, ainsi que sur nombre de statuettes, de figurines, que vous peinez à regarder en face, préférant les prendre pour des dieux, des personnages mythologiques.

Ainsi, les aliens existent et je suis heureux de faire partie de ces peuples stellaires, qui sont impatients de se révéler à vous pleinement.

Oui, les peuples aliens sont très nombreux, très diversifiés, ils comportent beaucoup de créatures très nobles, qui font partie des Hauts plans de lumière.

Ces peuples aident les aliens qui se sont égarés en chemin, ceux que vous appelez les « petits gris », et qui suscitent en nous ce mélange de peine et de compassion.

Nous les aidons à se relever, nous leur ouvrons les portes de nos cités de guérison, et nous sommes très heureux de pouvoir échanger avec eux.

Ces créatures ne sont pas faciles d’accès au départ, tout leur dicte la méfiance. Les petits gris ont été programmés mentalement, dans un esprit de domination marchande et minière.

Avant de pouvoir converser avec eux, il faut d’abord que cette programmation s’efface, il le faut pour que leur intériorité se révèle.

Les clones qui sont affectés aux plus basses besognes, ne sont pas frappés de cette programmation. Ce sont les créatures les plus gentilles qui soient, mais beaucoup sont très craintifs.

Nous faisons en sorte de les mettre en confiance, cela prend du temps au début.

Voilà pourquoi, beaucoup d’enfants aliens travaillent dans ces bases et nous aident à soigner les petits gris rescapés.

Nous leur souhaitons à tous un très bon rétablissement, j’ai été ravi de donner ce message, je vous dis à très bientôt,

Que la paix et l’amour luisent dans votre cœur.»

Le professeur Zolmirel.

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

Publié dans Messages