Médium avec + de 10 ans d’expérience, 
 flashs et cartes, Belline, Tarot Mythique, Grand Etteilla

Hubert HERRICK

communication animale – en portugais

– Olá Hubert. Eu adorei o que você escreveu no final de sua entrevista outro dia, em União com as outras formas de vida presentes na Terra, a Natureza e os Animais. Obviamente, em sua mente com uma noção de respeito e harmonia.

– Claro.

– …E isso fez-me pensar sobre comunicação animal. Você está interessado eu acredito ?

– Sim, bastante. Eu não usá-lo ainda como alguns especialistas mais ou menos aceito, e eu digo « especialista », porque, para minha grande surpresa, eu até agora descobriram que as mulheres de praticar esta especialidade. Eu tenho uma hipótese sobre isso. Eu acho que é porque as mulheres têm o privilégio de ser muito especial para levar a vida dentro de cada um deles antes que você dê a ele, o que, certamente, lhes dá uma sensibilidade em relação a outras formas de vida, e uma conexão muito mais fácil com eles.

– Esta é, de facto, uma explicação possível. Em seguida, Hubert, conte-nos como você começou a sua abordagem da comunicação animal.

– Primeiro de tudo, eu sempre considerados os meus Animais, por um tempo muito longo, como quase igual a mim. Equal a importância da igualdade, da dignidade e sensibilidade. Com emoções muito semelhantes, a capacidade de desenvolver a lealdade, o respeito, a lealdade, o compromisso, a compaixão, a paciência, a escuta e a uma forma de concentração. Eu tinha mais gatos até aqui, uma vez que um cão. Mas eu também amo cachorros. Eu estou interessado em que o gato é a sua independência, a sua autonomia. O que significa que o gato não apresentar (exceto se maus-tratos, que ele nunca deve fazer, naturalmente).O gato é um ótimo tópico com o qual a prática, eu diria, não um curativo, mas domesticada, ou melhor, o que eu poderia chamar, de minha parte, de « elevação ». Deixe-me explicar…

– Sim, porque você tem me interessado… Eu não gosto de ouvir palavras como a criação ou de adestramento. Isto sugere que há um chamado « superior » humanos, e a outro, o animal, que se submete. Eu não quero ouvir sobre essas idéias ! Não…

– Me quer…

– Bem. O gato, quando um ser humano é o que vai ganhar sua confiança e, em seguida, desenvolver um relacionamento com ele, mais íntima e mais desenvolvidos, vai ficar como um gato. Mas, ao mesmo tempo, seu cérebro vai ser estimulado e irá adicionar elementos de humanóides em seu desenvolvimento. O gato vai primeiro decodificar os gestos, a entonação da voz, as emoções, os pequenos hábitos diários e repetitivos, olhando-nos a viver com muita atenção e delicadeza.Realmente, meu caro amigo, você ficaria surpreso ao descobrir a medida em que os gatos se pode observar com grande atenção, fazendo o seu melhor para tentar entender uma grande parte de tudo o que você faz.

– Eu aderir, voluntariamente, eu também tenho gatos… !

– Assim, podemos dizer que, nem mais nem menos, o gato permanece um gato na base e tornar-se um pouco de humano, demasiado. Onde isso é muito interessante, é que a evolução do gato pode realmente ir muito longe. Se a pessoa que é o dono do gato em sua mente, crenças falsas das abordagens, os filtros de julgamento limitado e aproximado, para que a experiência que ela vai viver com o seu gato vai ser, infelizmente, limitado.Mas se o gato cai em um ser humano disposto a tratá-los quase como iguais, portanto, neste caso, na verdade, a sobre-estimulação do gato será capaz de chegar muito longe em seu desenvolvimento cerebral e psíquica. É importante saber que, ao nível cerebral, os gatos têm um neo-córtex exatamente como nós temos um. É uma área do cérebro que é capaz de operações neurológicas multa série de funções avançadas da consciência.Estamos aqui falando sobre a compreensão da linguagem, articulado por seres humanos, telepatia, idéias (não-verbais), a decodificação das intenções, o desenvolvimento de estratégias, multa de comportamento, mas também do superior sentimentos como gratidão, fidelidade, lealdade, anexo. Estou falando de sentimentos e não de emoções primárias. Esta não é a mesma coisa. – Sim, eu já li vários na Internet depoimentos de pessoas que relataram casos de gatos que vivem no túmulo de sua falecida mestres. É muito comovente…

– Absolutamente. Há também histórias mais alegre, onde, por exemplo, o gato de uma menina muito doente, trouxeram-lhe um suporte de qualidade tão elevada que o paciente está finalmente de saída de modo notável. Na verdade, é importante notar que muitos, muitos animais – e muito, muito mais do que imaginamos, são capazes de um Amor tão puro e profundo.

– É verdade.

– Este não é o único aspecto interessante, mesmo se ele é precioso e agradável já em si mesmo. Há muitos mais.

– Conte-nos…

– O gato sabe bem como a si mesmo. Ele sabe se você está apta ou não, saudáveis ou cansado. Se você tem uma dor em algum lugar, ou a uma falha, o gato vai fazer o que puder para ajudá-lo. Ele vai lhe trazer conforto na forma de uma sociedade, de um pouco de atenção, do carinho, do fato de sua presença, um ronronar terapêutico (o grave estudos têm comprovado). Ele será capaz de praticar um pouco de cuidados de energia (que eu pessoalmente tenho experimentado), e tenta se ele pode dar dor.Eu tive um dia a ferida estava um pouco infectado e se misturaram. Eu, claro, puro, mas o gato tem visto o meu problema e queria participar. Ele está deitado em cima da minha lesão (eu tinha coberto) e dormi em tudo, enviando-me uma grande quantidade de energia. A ferida começou a aquecer, vibrar, e curou de forma extremamente rápida. A inflamação tem rendido muito rápido, incrivelmente rápido. Ele foi muito bem sucedido.Quando eu contei essa história para um amigo, ele confirmou-me no direito de me dizer que o retorno de um acidente de esqui, quando o seu gato foi encontrado, ele estava deitado em seu ombro, o que fez com que ele realmente sofrem e fez também ele um tipo de energia de cura. No momento em que o meu amigo se machucou por causa do peso do gato, mas, em seguida, ele encontrou-se, na verdade, aliviados e felizes, de uma maneira profunda. – É comovente ! Isso realmente mostra que estas bestas quero ser Bom para seus mestres.

– Sim. Assim como há o respeito, estima, carinho e confiança, e, por outro, é uma relação de grande qualidade e intensidade que se instala, com tudo o que isso pode acarretar. O gato não pode expressar facilmente o que ele está pensando e sentindo, mas ele viu dentro dele.

– Você tem uma teoria sobre isso, sobre a maneira em que tudo isso acontece.

– Sim. Eu acho que tudo é construído a partir de uma concentração intensa, para um ponto de foco que a adoção de alimentação deve cultivar e concentrar-se intensamente desde o início entre sua consciência e o do gato de destino. Ele é como uma espécie de feixe de laser (é uma imagem) que é necessário estabelecer entre a sua personalidade e a do gato. É muito importante considerar o gato, como um outro eu, e tratá-la como tal.Durante a concentração, que vai produzir um fenômeno de ressonância, que vai falar para o gato e ele vai entender imediatamente que algo está a acontecer (e aconteceu) entre ele e você. Desde a sua interioridade para a sua própria. O gato vai entender que ele tem que fazer a alguém e em passar a beneficiar de um efeito de espelho. Eu acho que também é deste modo que o poderoso experiências de aprendizagem pode ser definido até no meio dos neurónios espelho. Emocionalmente superior, ou melhor, dos sentimentos, avançado, profundas e também de certos tipos de comportamento fins. – É muito interessante…

– Eu também posso testemunhar a outros aspectos da experiência de ter gatos que eu estava muito emocionado também. O Amor dos meus gatos foi mais forte que a morte. Eu quero dizer que eu tive gatos que continuam a vir ver-me uma vez que eles tinham ido para o outro mundo. Eu mesmo tive a fenômenos de grande qualidade e intensidade. O que tem sido suficientemente intenso e convencê-la de que outros seres podem vê-los, ouvi-los, e que há uma interação com o gato, e desapareceu, reapareceu, entre nós, por alguns momentos. Tem tal nível de evidência, além disso, não há dúvida.

– Eu quero acreditar em você. Você nos contar um pouco ?

– Uma tarde, logo após a refeição, bebi o café em frente da minha janela da porta. Um dos meus gatos, um pequeno macho negro, foi dormir na minha cama no primeiro. Outro buceta estava cochilando (não dormindo) em uma cadeira no piso térreo comigo. Havia um pequeno pátio, cercado por uma varanda, enquanto eu observava, os olhos um pouco no vazio, perdido em meus pensamentos. Estava tudo fechado. De repente, houve um outro gato preto, na verdade, de um dos meus antigos gatos, que apareceu e que foi jogado na janela da porta com gosto. Ele acordou do meu gato, que olhou miado.Ela ouviu e viu a mesma coisa que eu ! Eu abri a porta, a janela e vi o meu gato como ele foi na sua tenra idade, e, em seguida, ele desapareceu como ele havia aparecido. Eu, então, saiu para inspecionar a varanda e verificar que nenhum outro gato foi introduzido. Eu fui para o primeiro, e o meu outro jovem gato sempre dormia na minha cama. Eu definitivamente tenho uma visita de meu falecido gato ! Nós estávamos muito ligados. 11 anos depois de sua morte, este gato sempre vem me ver de vez em quando… – É bonito…

– Há belas histórias deste tipo, em testemunhos de pessoas que praticam uma comunicação animal com algum sucesso.

– É muito reconfortante e reconfortante.

– Exactamente. O amor não morre…

– Você acabou de nos dar um vislumbre das muitas formas de comunicação, mas não tenho a certeza se é exatamente isso que designamos sob o nome de « comunicação animal »…

– Na verdade, não é isso. Em sentido estrito, é uma deliberada do animal, o qual, na ausência de poder falar, vai enviar uma palavra que você vai receber por telepatia, ou pensamento não-verbal, que sua mente irá traduzir-se, de acordo com suas próprias palavras, ou um sentimento, uma emoção, como a fome, o frio, a solidão, o medo, a alegria, a impaciência para ver você ir…

– Tudo bem.

– No entanto, não deve perder de vista o fato de que essas formas precisas podem ser combinadas com outras formas de comunicação, gestos do corpo, os sons, os comportamentos, os quais substituir ou complementar os formulários com as mais avançadas.

– Eu entendi. Como você acha que pode construir uma comunicação avançada com um animal ?

– Eu não vou fingir ainda ser chegaram ao nível de algumas pessoas que são especialistas, mas eu acho que tem alcançado um nível intermediário que é respeitável. Eu acho que a comunicação é híbrido. Como para o animal do que humano. Ele é baseado na observação dos gestos, postura, tom de voz, as emoções, as energias que o animal está sentindo, nossos pensamentos que ele palpites mais ou menos. O animal sabe algumas palavras em seu coração. Para outros, ele vai analisar o contexto e inferir, para adivinhar mais ou menos.Todas estas formas usadas em conjunto, podem ter um bom entendimento da situação. Para o resto, os nossos animais, pode ver, por vezes, que nós não compreendemos imediatamente o que eles querem, mas eles estão felizes de ter capturado a nossa atenção, para ser levado em consideração, e isto permite-lhes para esperar até que o disparador ocorreu de nossa parte. – Eles vêem que você preste atenção a eles.

– Sim, e mesmo se eu não entender o que eles estão tentando me enviar pelo pensamento, eles acho que minhas outras tentativas, a minha bondade, e que é o que faz o nosso relacionamento tão cativante.

– Claro. Você teve outras experiências incríveis de outra forma ?

– Sim, 2 vezes. Um dia eu tentei « capturar » o meu gato. Sua personalidade. Eu tentei capturar o que ele pensava, o que sentia dentro de si. Este não é bem o que eu tinha. Eu me lembro que ele era ainda muito jovem. Senti uma pequena bola de vitalidade, determinado a viver, cheio de vivacidade, alegria de viver, a inocência, a alegria. Um verdadeiro pequeno tornado com 4 pernas. Lembro-me de que ele tinha me realmente impressionado… – Ele deve ser um efeito engraçado, eu acho.

– Podemos dizer que. Mas foi bom ao mesmo tempo. Foi pura e tocar. Esta energia de um pequeno animal, feliz por estar vivo, ele me tocou…

– E o 2º experimento ?

– Eu estava dirigindo. Cheguei em casa a partir de uma mudança nas circunstâncias um pouco dura. Eu estava focado na minha condução, um pouco cansado. De repente, me pegou como uma espécie de cartão-postal, mas animado, vivo, de dentro do meu apartamento. Eu senti que a informação me foi enviada pelo meu 2 gatos ao mesmo tempo, os jovens do sexo masculino e buceta mais velhos. Foi um instantâneo, direto da casa, estreita, escura, fria. Os gatos foram cansar de mim e estavam com fome. Eles me perguntava quando eu iria voltar para casa.Eu tinha deixado a você por dentro, porque não foi um bom tempo, eu tinha pensado que seria melhor abrigados. Eles estavam felizes por ter recebido minha resposta. Eu já não era muito longe e eu acho que eles receberam de volta com todos os meus sentimentos, quando eu recebi o seu. No entanto, eu não a deixe distrair minha condução e de eu ter cortado o canal.Um pouco mais tarde, chegando na cidade, eu sabia bem, eu pensei de volta a esta memória fresca em minha mente, e para minha grande surpresa, essa espécie de « cartão postal » de estar sempre estava disponível em minha mente como se fosse um objeto que estava flutuando em uma espécie de gaveta da mente. Eu então percebi que havia muitas outras informações relacionadas com a « emissão » deste flash-in-concentrado de dados e vi que meus gatos me enviou para algo muito mais sofisticado do que o que eu poderia pensar à primeira vista.Devo dizer que me impressionou profundamente. Eu percebi que desde o dia em que a vida interior dos nossos animais de estimação é certamente muito mais rico do que o que a maioria das pessoas imagina. E de muito longe… – Isso leva a uma estranha sensação de pensar esse aspecto das coisas. Esta é uma grande questão.

– Eu acho que é muito necessário que, doravante, os Animais, mas também a Natureza, devem ser tratados em qualquer outra forma que seja, pelo maior número. Há muito poucas pessoas que vêem a Natureza e os Animais como deveriam. Eu acho de árvores, por exemplo,…

– Você já teve experiências com as árvores ?

– Etambém, sim, para o meu espanto. Por 15 anos, nada aconteceu. E então, um dia…

– Bem, eu sugiro que você voltar a ter o prazer de conhecê-lo com os nossos leitores o seu testemunho. É um prazer ter essas belas e divide com você.

– Estou feliz de ver que eles são apreciados.

– Então vejo vocês em breve…

Une approche intuitive du chamanisme

UNE APPROCHE INTUITIVE DU CHAMANISME

à l’intention des personnes qui aiment la Nature

et recherchent les expériences directes

Le néo-chamanisme, chamanisme urbain des temps modernes, est une activité «à la mode» qui fleurit sur les étals des «marchands du nouvel âge», sans label bio garanti. L’intention des audiences qui se précipitent dans un louable effort de Retour aux Sources vers ces pratiques ne leur garantit hélas pas les résultats qu’ils espèrent, quand eux sont démunis de la sensibilité requise, et que les opportunistes qui veulent capter cette audience misent plutôt sur leur ego, des formules plus ou moins marketing et des contenus très théoriques (trop)… La déclaration d’intention écrite ne suffit pas !

Dans les sociétés primordiales, tribales, le chaman accédait à ce rang après avoir vécu dans la quasi-majorité des cas des épreuves de vie non choisies, souvent très dures, aux frontières de la mort physique définitive. Des confrontations avec des animaux sauvages, des maladies graves ou des épreuves de vie majeures façonnaient ainsi la personnalité très particulière des chamans, qui sont capables d’approcher le monde selon plusieurs modes simultanés très différents. Ils perçoivent le monde comme l’homme moderne le perçoit, mais aussi comme un enfant le percevrait, ou un animal, mais également sur le plan symbolique et onirique, et encore par ailleurs au niveau de l’Invisible. Le chaman vit et ressent le monde sur plusieurs niveaux simultanément, et ne se perd dans aucun. Il passe de l’un à l’autre à volonté et ne permanence. Il y a plus…

Le citadin peut être très sincère dans sa démarche, mais comme les gens du monde moderne, il a le cerveau encombré de stress, de croyances, de confusion, de blocages et de conditionnements égotiques ou intellectuels qui lui compliquent la tache. Sauf si il décide de tout déposer au pied de l’arbre et de laisser la Nature agir…

La démarche ne peut pas s’apprendre dans des livres ou au cours de stages, même si cela vaut mieux que rien et peut bien sûr aider certaines personnes, être un sympathique démarrage, une petite préparation, une petite mise en jambe. Je ne pense pas que ce soit là que se vivront les grandes expériences.

Il y a plus d’un quart de siècle j’ai lu quelques ouvrages – théoriques – sur la question, sans jamais à l’époque avoir parcouru les rivages d’expériences décrits et proposés.

L’initiation ne peut pas venir par la tête.

Elle vient par le cœur et le corps…

Je me souviens avoir longtemps dit «Dommage qu’on ne fournisse pas le mode d’emploi». «Mais comment ça marche, c’est où l’interrupteur ?» «On la fait comment, la mise en route ?» Comme si il s’agissait de régler un récepteur satellite pour accéder à des réalités différentes. Mais justement cela ne fonctionne pas ainsi. Le mental ne peut pas nous guider vers ce Retour aux Sources. Mais la Vie peut le faire. A notre place. Parce que l’ego n’est pas du genre à laisser faire, à se laisser faire. Mais si il est débordé, alors une autre ouverture apparaît. Une fenêtre se perce dans le mur infranchissable…

Les chemins de vie des personnes qui mêlent la détermination constante de leur être à accéder à l’Authentique, à des épreuves de Vie qu’ils n’ont pas choisies, peut les amener à CONNAÎTRE ce qu’ils ont tant cherché, mais pas encore trouvé jusqu’ici. Vous savez, ce genre d’épreuves qui peut mettre une personne à terre, mettre son ego en déroute, en défaite, mais ouvrir son cœur et son âme jusqu’au tréfonds. Pratiquement tous les chamans ont vécu de telles choses. C’est ainsi que l’on fait la différence entre «les vrais» et les autres. Et là, il n’y a pas photo…

Il faut poser son cœur contre l’arbre, et l’offrir à l’arbre sans condition. Lui dire, «Je suis un être vivant comme toi, et je mêle mon énergie vitale à la tienne. Je te donne tout ce que je suis, mes joies et mes peines, ma force et mes faiblesses. Nous faisons un échange gagnant-gagnant. Aidons-nous l’un l’autre. Échangeons nos peines et échangeons nos bonnes énergies.» Puis on se tait, et le Reste de notre Âme continue dans son langage silencieux l’impulsion première de notre ouverture inconditionnelle…

C’est alors que Quelque Chose qui nous dépasse totalement se produit.

Et cela ne se lit pas dans les livres. Ne se voit pas en stage. Ou sur une vidéo Youtube, aussi bien faite soit-elle.

Tout cela se passe à l’Intérieur, sans mots ni pensées ni langage ni théories ni méthodes.

Là aussi, la «méthode» est simple : c’est qu’il n’y a PAS de méthode…

La Nature nous remet à l’endroit.

L’extérieur fusionne avec notre intériorité et l’élargit considérablement.

Les frontières sont abolies. Il s’opère une fusion.

L’arbre nous offre sa sensibilité, son système nerveux, sa vision, sa conscience, ses ressentis, et sa connexion avec tous les autres êtres de la forêt. Cela le dépasse et nous dépasse, car cela fait partie d’«un Petit Tout local» qui est lui-même relié à la Totalité planétaire et également au reste de l’Univers.

Hé oui.

A de tels nivaux, on comprendra aisément que l’ego, les croyances et les conditionnements n’ont plus leur place…

L’ego peut être sincère, mais il est souvent assurément bien trop restrictif et limitatif, conditionnant et rigide. L’ego est bon pour manipuler des concepts et des étiquettes. Mais il a le défaut de poser des filtres et des barrières. Il sépare trop, catégorise trop, divise trop. Son discours analytique met l’expérience sur «pause» et nous en prive. Nous prive de sa Vivance. On ne peut pas être «dedans» et analyser en même temps. (C’est d’ailleurs pour les mêmes raisons qu’il est impossible de théoriser d’abord et d’expérimenter ensuite. C’est l’inverse qui doit se passer. Pas très confortable pour l’ego tout cela, évidement…)

…Tandis que le ressenti intuitif et la Vivance directe nous immerge dans l’expérience totale, dans toute sa dynamique impétueuse et tourbillonnante, spontanée, profonde.

Les niveaux sont un bon millier de fois plus intenses et rapides, légers, pénétrants, complets.

L’impression laissée dans notre être est profonde et durable. Cela n’a strictement rien à voir avec ce que l’on peut vivre au quotidien. L’intensité et la qualité des expériences vécues sont incomparables, sans commune mesure. Aucun livre ne peut traduire cela, même bien écrit.

C’est ainsi que l’on comprend alors des phrases telles que : «La lanterne de la Connaissance est une lanterne qui n’éclaire que celui qui la porte». Les expériences que j’essaye de décrire et de rendre accessibles au plus grand nombre ne se livrent qu’aux personnes qui d’une manière ou d’une autre passeront par le même parcours «initiatique», dans le sens non pas d’une mouvance, mais d’un chemin de vie tout personne et individuel.

On peut largement dire qu’il n’y a PAS besoin d’un prétendu «maître» pour devenir chaman – même si bien sûr être guidé par un AUTHENTIQUE chaman peut être intéressant.

La Nature ne demande qu’à être Notre Guide !

La Nature est déjà équipée pour Cela !

Notre cœur est équipé pour Cela !

Les Arbres sont équipés pour Cela !

Tout Ce Qui Vit, Tout Ce Qui Est, ont été conçus pour être reliés, partager, fusionner quelques instants, partager, échanger…

La Vraie Vie n’est pas un département d’étude spécialisé sur la micro-plaquette de verre d’un microscope dans un laboratoire. La Vraie Vie c’est TOUT DANS TOUT. Et ce Tout n’est pas accessible autrement que par l’Expérience Vécue de la Totalité, par la vue, l’ouïe, le toucher, l’être, le cœur, l’âme, dans les conduits énergétiques du corps…

Je voudrais vous inviter à lire le texte très intéressant de Aurélia Ledoux sur le film Avatar, un article que l’on peut relier à celui-ci et à mon autre article sur mes expériences avec les arbres.

Je vais laisser cet article ouvert pour y rajouter au fil du temps les contributions des personnes qui viendront prolonger ce partage, dans le plus grand intérêt et profit de toutes et tous.

Comme disent les anglais : «enjoy it»…

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

CONTRIBUTIONS (à venir)

EXPÉRIENCES EXTRAORDINAIRES AVEC LES ARBRES

EXPÉRIENCES EXTRAORDINAIRES AVEC LES ARBRES et les végétaux…

– Bonjour Hubert. Je suis contente de vous retrouver. L’autre jour nous avons parlé de la communication animale, et vous m’avez laissé comprendre que vous aviez également eu de belles expériences avec les arbres.

– Oui, tout à fait, à ma plus grande surprise, pour mon plus grand étonnement et plaisir.

– Comment cela vous est-il arrivé ?

– Cela faisait au moins une bonne quinzaine d’années déjà que je pratiquais une sorte de contact relationnel énergétique avec les arbres. Je veux dire que de manière volontaire, je pratiquais une forme d’échange en apparence à sens unique, où je plaquais ma colonne vertébrale contre l’arbre, sur le plus d’endroits possibles, mais au moins au niveau du cœur, qui est un point majeur, car c’est là que tout notre sang est brassé et renvoyé vers tout le reste du corps, avec également l’échange respiratoire qui est très intense aussi d’un point de vue énergétique. Si en plus il y a un travail délibéré de détente, concentration, ancrage à la Terre et tentative de relation avec l’arbre, dans un échange donnant-donnant, gagnant-gagnant, et un grand respect à l’égard de cette autre forme de vie, alors de belles choses peuvent arriver.

– Comment vous y preniez-vous vous établir le contact, pendant ces premières années ?

– Je n’ai jamais varié. Parfois je chuchotais, parfois je pensais sans parler, parfois j’étais si fatigué que je ne disais rien mais le scénario était très clair dans mon esprit de toute façon. Je posais mon cœur contre l’arbre dans un respect et une confiance absolue envers lui. C’est comme si je lui livrais mon cœur. Je déposais à ses pieds mes peines et mes joies, mes forces et mes faiblesses, mes qualités et mes défauts, toute ma vitalité et mes trésors. Je lui donnais tout cela en partage. En retour l’arbre pouvait faire bien sûr la même chose avec moi. C’était pour le Meilleur, pour un échange équitable de soutien et d’entraide. Tout en mettant les bases invariable de cet échange en place, je visualisais mes pieds en train de raciner, de s’enfoncer dans la terre, mon corps ne faire qu’un avec l’arbre. L’arbre avec ses branches levées vers le ciel, qui à la fois captait toutes les énergies telluriques (de la Terre) et de la forêt environnante, mais aussi les énergies du Ciel (cosmiques), avec le vent solaire mais aussi Tout Ce Qui peut venir du Reste de l’Univers.

– Je vois…

– Très souvent, je sentais une lourdeur (fatigue, soucis, stress) me quitter et un grand Renouveau (détente, douce vitalité, apaisement, regain) infuser lentement en moi. Une Harmonie, un équilibre intérieur rétabli ou amélioré, plus profond…

– C’est déjà très intéressant !

– Oui. Pendant une quinzaine d’années, mes échanges se sont limités à cela, ce qui était satisfaisant en soi. Pourtant, j’avais lu d’intéressants récits chamaniques, ou des témoignages de personnes qui avaient eu bien plus que cela. Mais je déplorais ne pas connaître le «mode d’emploi», les voies pour y parvenir.

– Ha oui ?

– Rien de ce que j’avais lu ne s’était traduit par une expérience plus forte que ce que j’expérimentais depuis pratiquement le début.

– D’accord.

– Et puis je me rappelle, c’était juste avant le Printemps 2017, je suis tombé sur 3 articles assez scientifiques d’ailleurs, qui traitaient les arbres avec une forme de respect évidente, mais qui s’attardaient sur des détails purement biologiques. L’un des articles évoquait la possibilité que certaines parties fibreuses du bois des arbres pourraient ne pas seulement avoir une fonction structurelle mais éventuellement s’apparenter à des neurones primitifs, c’est à dire véhiculer un influx de conscience. Ni plus ni moins. J’ai trouvé cette idée extraordinaire et prometteuse, même si l’article disait plus loin que jusqu’ici on n’avait pas encore identifié dans les arbres quelque chose de ressemblant par rapport aux neurones humains. Une porte avait cependant été entrouverte. J’ai poursuivi mon raisonnement selon lequel lorsqu’on étudie de nouvelles voies, par définition on ne va pas découvrir ce que l’on connaît déjà mais ce que l’on ne connaît pas encore, d’une part. D’autre part, si on considère seulement certaines voies possibles, et pas d’autres, on peut manquer quelque chose. Par contre, si on élargit son approche, c’est là que l’on fait des découvertes inattendues.

– C’est évident.

– Un deuxième article m’a également énormément interpellé. Il parlait de formations élaborées de champignons sous la terre, mêlés aux racines des arbres, reliés les uns aux autres, sur des superficies jusqu’à un kilomètre de côté, ce qui est déjà énorme. Cette fusion de racines de différentes essences d’arbres coopérant entre elles et avec d’autres formes végétales, comme les champignons, me paraissait remarquable. Les scientifiques mettaient en valeur le fait que ces formes de vie échangeaient et communiquaient entre elles de manière encore méconnues mais évidentes, à plusieurs niveaux, notamment biochimiques. Ils n’ont pas eu besoin d’en écrire davantage pour que je fasse le lien avec l’article précédent où j’entrevoyais déjà des formes méconnues de neurones végétaux. J’imaginais tout à fait les racines des arbres avoir non seulement une fonction nourricière mais aussi une sorte de fonction nerveuse inter-reliant tout à tout. Tout cela par des fibres à la fois racinaires et nerveuses. Une sorte d’Internet de la forêt par câble.

– Ha oui, je trouve l’image très parlante !

– D’ailleurs il m’était déjà arrivé d’avoir des expériences de «Totalité fusionnelle» lors de promenades en forêt, mais jamais contre un arbre.

– Ha bon ? Que s’était-il passé ?

– J’ai eu trois belles expériences de ce type. L’une des fois, je regardais une petite fleur, et tout à coup, elle s’est comme allumée très vivement, comme si elle se nourrissait de mon regard très attentif, et j’ai eu une expérience d’immersion dans la réalité de la fleur, j’ai vu toute la prairie depuis son point de vue, dans une vision à 360 degrés.

– Wouahou… !

– …J’ai senti la fleur se faire butiner par des nuées d’insectes, vivre de nombreuses alternances de jours et de nuit, de froid et de chaud. J’ai vu la fleur ressentir et partager toute la vie de cette petite prairie, traversée parfois par les animaux sauvages. J’ai vu tout cela en quelque sorte depuis le point de vue unique de la fleur, et cela m’avait profondément bouleversé. Il y a plus de 20 ans de cela et c’est une expérience touchante qui m’a énormément marqué. Ce qui m’a touché, dans cette expérience fusionnelle, c’était qu’elle était réciproque : la fleur se nourrissait de la conscience que j’avais d’elle, et en retour elle élargissait ma conscience en me transmettant toute la vitalité et toutes les informations vivantes auxquelles elle était reliée.

– Je comprends que cela vous ait marqué ! C’est très poétique et c’est aussi métaphysique…

– Oui. Cela fait des décennies que je fais très attention aux fleurs quand je randonne. Je m’efforce d’éviter de piétiner les fleurs, les herbes et les plantes quand je marche. Je surveille chaque pas. Je fais également très attention aux insectes ou aux autres petites bêtes qui pourraient se trouver sur mon passage. Il m’est arrivé d’en écarter des centaines du chemin pour leur éviter l’écrasement par d’autres randonneurs.

– Hmm, un grand respect donc.

– Toujours.

– Et l’autre expérience ?

– Je venais d’achever la partie ascensionnelle d’une randonnée et je choisissais de m’arrêter un moment dans un petit pré bordé d’arbres. J’étais assis sur un rocher en face du pré. C’était à l’entrée de l’hiver mais il faisait bon. Je pensais à la vie qui tournait au ralenti dans la terre froide et les arbres sans feuilles. Et tout à coup j’ai senti un Amour et une Vitalité jaillir de la Terre à mon intention, et c’est comme si c’était Cet Endroit tout entier qui m’envoyait une carte postale animée du Printemps en gestation, dans chaque forme de vie du lieu. Je ne sais pas si il s’agissait d’une vue du Printemps précédent ou de Celui à venir, mais l’expérience a été vraiment extrêmement intense, aussi soudaine qu’inattendue, mais profondément pénétrante. Je l’ai vécue comme un Cadeau concocté et offert par cet Endroit.

– Ah, cela doit faire un drôle d’effet…

– Oui, c’est à la fois doux et intense, très inattendu mais très réjouissant. C’est le Triomphe de la Vie et de la Beauté sur le Temps.

– Finalement cela rejoint ce que certains peuples expérimentent à travers le chamanisme ancestral. Je pense aux Indiens d’Amérique.

– Oui, les Amérindiens. Bien sûr, bien entendu. C’est exactement cela. Ils allaient chercher des visions, et les obtenaient très souvent. Ils écoutaient le vent, les arbres, les pierres, ils vivaient des expériences très profondes, absolument extraordinaires. Mais tout ceci ne peut pas être approché par la voie intellectuelle, théorique, ou des stages. Je pense que cela ne suffit pas même si c’est très bien. C’est un chemin d’ouverture, du cœur, d’abandon, de don total de soi à un lieu, de confiance, de respect, de gratitude envers la Vie et la Nature…

– Cela ne se commande pas…

– Non. C’est un cheminement, un retour aux sources, à la Nature. C’est comme rentrer chez soi.

– Hmm… ce que vous avez partagé nous donne déjà quelques bonnes pistes pour approfondir la question, en tout cas.

– Je crois…

– Et la dernière expérience ?

– C’est plus récent. En 2017. 2 mois avant le Printemps. Il ne faisait pas froid. Je m’étais trouvé une petite clairière sympathique avec une toute petite résurgence de source, un grand rocher plat près duquel poussait un vieil arbre, où il était agréable de s’arrêter un petit quart d’heure pour se reposer et méditer un peu…

– Et… ?

– Je me suis abandonné à un état de détente sans but, sans idée ou volonté d’atteindre quoi que ce soit, sinon un peu de paix. Et tout à coup, après m’être senti relié à cet endroit, je me suis retrouvé propulsé dans un autre, littéralement un Autre Monde loin d’ici, où l’humanité avait la taille de petites fourmis face à des arbres gigantesques de plusieurs centaines de mètres de haut. D’immenses forteresses de bois et de végétation luxuriante, avec des troncs colossaux d’un diamètre d’au moins 20 mètres, si ce n’est plus…

– C’est incroyable !

– …C’était tellement réel et intense ! Je veux dire que c’était une perception si vive et si vivante que je suis sûr et certain que cet endroit existe quelque part dans l’Univers. Il y avait une telle majesté et une telle grâce dans cette gigantesque forêt que je me souviens avoir éprouvé une humilité, une admiration et un émerveillement qu’aucuns mots ne sauraient décrire convenablement…

– Je le comprends… Et si nous en venions à présent à cette expérience que vous avez eu directement avec un arbre ?

– …J’y viens. C’était là où je voulais en venir ! J’ai en fait 2 expériences à partager avec vous que j’ai eues avec ces chers arbres… Cela s’est passé à peu près 2 mois après. Un peu avant la fin du Printemps, pas encore à l’Été.

– D’accord.

– D’abord la première. Je cheminais sur un sentier relativement plat et facile, dans une forêt avec des essences d’arbres assez variées. C’était cette même forêt où se trouvait la petite clairière sympathique avec la petite source et le grand rocher plat près duquel poussait un vieil arbre.

– Oui, je me souviens…

– Je m’étais brièvement arrêté là avant de continuer la balade, et déjà j’avais vécu une étonnante et prometteuse expérience. J’ai littéralement senti mes pieds comme raciner, ou plutôt comme développer des sortes de filaments subtils, énergétiques, qui me reliaient totalement à l’endroit. Je veux dire qu’il s’agissait d’extensions sensibles de mon être, qui étaient presque physiques. Para-physiques. Je suis à peu près certain qu’au moyen de formes d’imageries électroniques appropriées on devrait pouvoir obtenir un rendu éloquent de ce qu’il se passait à ce moment-là.

– D’accord.

– J’ai cherché à m’imprégner de cette expérience de tout mon être, puis je me suis tranquillement relevé pour reprendre ma balade, encore positivement marqué par ce moment magique. A un endroit il y avait une petite élévation de terrain avec comme une sorte de petit cercle formé par différents arbres regroupés là. J’ai choisi de m’arrêter pour passer une petite minute le dos plaqué contre chacun des 6 ou 7 arbres qui se trouvaient là. J’aimais prendre le temps d’établir un contact au moins énergétique entre tous ces arbres, faute d’avoir plus. Mais cette fois-là, j’ai eu bien plus… !

Tout d’abord, instantanément, j’ai senti se développer de nouveaux des sortes de filaments subtils, énergétiques, qui me reliaient à l’arbre contre lequel j’étais adossé. Je veux dire qu’il s’agissait d’extensions sensibles de mon être comme si l’arbre et moi ne faisions plus qu’un, pendant quelques instants. Et tout à coup, je me suis mis à voir à 360 degrés, et je voyais ni plus ni moins cet endroit de la forêt tour à tour depuis chacun des arbres qui formaient le petit cercle et contre lesquels je m’étais patiemment appuyé. Je me rappelle que cette vision était bichrome, de 2 couleurs, le vert profond et une dominante de jaune-orangé, ambré pour être précis…

– …Wouah… !

– …J’avais alternativement une vision de chaque arbre, et je me suis également rendu compte que les arbres ressentaient et entendaient les êtres qui passaient à côté d’eux, parce qu’ils ont littéralement partagé leurs impressions avec moi. J’ai eu droit à un petit aperçu accéléré des dernières 24 heures écoulées. Cela m’a à la fois profondément étonné et émerveillé. Je me souviens avoir plusieurs fois rouvert les yeux pour comparer ma vision en couleurs les yeux ouverts avec celle que j’obtenais les yeux clos, mains sur les yeux. Ces visions étaient assez semblables, ainsi il ne s’agissait donc aucunement d’une illusion ! Je me suis rendu à l’évidence que les arbres étaient infiniment plus vivants et sensibles que tout ce qui est communément admis et enseigné. Je dois dire que c’est une remise en question qui m’a atteint comme si j’avais reçu la foudre. Une telle expérience amène vraiment à l’humilité, au respect, à l’ouverture et à une profonde remise en question de notre rapport à Tout Ce Qui Vit.

– Certainement. C’est vrai que c’est énorme ce que vous partagez là… !

– Je pense qu’il s’agit ni plus ni moins de l’expérience qui m’a le plus surpris, même si j’en ai vécu beaucoup et d’assez belles d’ailleurs. Celle-ci était tellement inattendue et surprenante…

– Je peux le comprendre…

– Je me rappelle avoir appelé peu de temps après un ami au téléphoné pour partager cela avec lui. C’était tellement fort que je ne voulais pas le garder pour moi seul.

– Et aujourd’hui vous faites un pas de plus. C’est bien. Vous savez que quand j’y pense, cet aspect des filaments qui vous relient aux arbres me fait penser à un film assez connu que j’ai trouvé intéressant pour ma part : Avatar. Quand les êtres bleus communient avec les arbres en se reliant à eux par des sortes de filaments tentaculaires.

– Mais oui. Je ne voulais pas aborder moi-même cet aspect des choses, mais puisque vous le faites, je confirme que c’est bien d’une manière très comparable que j’ai vécu ces belles expériences. Cette notion est très bien restituée dans le film. Je pense qu’il s’agit ici de quelque chose de très réel mais encore largement méconnu de la plupart des gens. Pourtant cela existe…

– Fort probable, oui. Et donc, vous avez aussi vécu une dernière expérience… ?

– Oui. C’était au tout début de l’été 2017. L’une des dernières fois où j’ai marché avant la chaleur, moment où je m’arrête le temps que la météo redevienne plus clémente. Je venais de pratiquer une courte mais rude ascension d’un chemin très pentu au milieu des pins. On prenait de nombreux mètres dans les jambes en peu de temps sur un terrain assez incliné, assez pentu.

– D’accord.

– Arrivé en haut, j’ai donc été content de me reposer un peu pour reprendre mon souffle, mais aussi pour passer un petit moment au milieu des arbres. C’était une forêt de pins à cet endroit-là. Je me suis appuyé contre le premier arbre un peu massif et bien droit que j’ai trouvé, et j’ai cherché à établir un contact avec l’esprit de l’endroit, l’esprit de la forêt. Depuis près d’un an, je venais de prendre l’habitude de commencer un contact avec l’arbre, puis ses voisins, puis le lieu, puis la forêt environnante, puis toutes les forêts de la Terre, ceci par la volonté et le cœur.

– D’accord. Une volonté de Reliance, donc, de communion.

– Exactement. J’ai alors senti brièvement l’état d’être des arbres environnants, puis je me suis senti relié, cela va sembler incroyable à entendre, mais je suis pleinement senti relié à la Conscience de tous les Arbres de la Terre. Comme si ils formaient un seul super-être. Et j’ai senti la conscience de leur présent, puis celle de leur futur proche. Et je me suis retrouvé projeté dans un gigantesque incendie de forêt. Au départ, j’ai pensé que la forêt où je me trouvais me montrait ce qui allait lui arriver prochainement. Je me rappelle que cela m’avait choqué et attristé. Mais très vite j’ai senti par-dessus cette première impression une force bien plus grande, comme si les arbres savaient eux aussi que la mort n’existait pas vraiment. Vous aurez peut-être du mal à me croire mais j’ai ressenti une sagesse et une forme de transcendance incroyable dans… le Peuple des Arbres. J’ai aussi senti que la majeure partie des arbres qui seraient touchés par les flammes feraient partir leur essence vitale d’être avant d’être consumés. Le fait d’avoir clairement perçu ce phénomène, parce que les sensations m’en ont été délibérément transmises, m’a profondément rassuré et réconforté. Cela permet de relativiser et d’accepter l’inacceptable. Par la suite les médias nous ont montré que l’année 2017 a été terrible sur le plan des incendies de forêts, dans le Sud de la France, au Portugal, en Espagne, aux États-Unis, en Europe de l’Est, et dans un grand nombre d’endroits de la Terre. Il y a eu 3 fois plus de surfaces détruites que la moyenne habituelle ! Les arbres m’ont vraiment transmis un message important ce jour-là, et cela n’avait rien d’un rêve ou d’une hallucination.

– C’est vrai, je me souviens que l’année 2017 avait été très dure sur cet aspect des choses.

– Mais ce qu’il faut vraiment retenir, c’est que les Arbres savaient ce qui allait se passer, et que la vie continuerait au-delà de ces difficiles événements. C’est vraiment ce que j’ai retenu de ce qui m’a été transmis et que les mots ne peuvent pas totalement transmettre, restituer. Il y a avait une force, une sérénité, une impassibilité et une conscience élargie du temps qui émanait de cette Communauté planétaire des Arbres. Cela restera pour moi une initiation majeure qui me marquera longtemps.

– Je le comprends. Il faut savoir retenir l’espérance au-delà de l’aspect tragique des événements. C’est la même chose avec la mort des êtres chers qui ne meurent pas vraiment mais nous font vivre le temps d’une séparation provisoire.

– Exactement.

– C’est vrai que les médiums ont l’avantage de voir les 2 côtés de la vie, un peu de l’autre côté du voile, aussi.

– Hé oui. Je pense qu’il est bon de conclure sur cet aspect positif des choses qui correspond à une réalité très profonde.

– Absolument. Je vous remercie d’avoir partagé ces troublantes expériences avec nous, car je crois qu’elles contenaient aussi de beaux messages pour qui saura ne pas les perdre en route.

– Merci à vous de l’avoir souligné pour moi.

– Au plaisir d’un prochain entretien…


Dans le prolongement de cet article, je vous invite à lire également un texte remarquable issu du site de Aurélia Ledoux, « une petite lumière pour chacun » :

https://www.hubertherrick.com/avatar-un-film-illustrant-la-reconnexion-avec-la-mere/


Attention ces textes sont protégés. Toute utilisation violant le copyright entraînera des poursuites !

Le Guide la voyance CAPA
vous recommande
http://www.guide-voyance-capa.com

Mon approche de la communication animale

– Bonjour Hubert. J’ai beaucoup aimé ce que vous avez écrit à la fin de votre interview l’autre jour, sur l’Union avec les autres de formes de vie présentes sur Terre, la Nature et les Animaux. De toute évidence dans votre esprit avec une notion de respect et d’harmonie.

– Bien sûr.

– …Et cela m’a fait penser à la communication animale. Vous vous y êtes intéressé je crois ?

– Oui, tout à fait. Je ne la pratique pas encore comme certaines expertes plus ou moins reconnues, je dis bien «expertes» car à ma grande surprise je n’ai jusqu’ici découvert que des femmes pratiquant cette spécialité. J’ai d’ailleurs une hypothèse à ce sujet. Je pense que c’est parce que les femmes ont le privilège très particulier de porter la vie en leur sein avant de la donner, ce qui très certainement leur confère une sensibilité envers les autres formes de vies, et une connexion bien plus facile avec elles.

– C’est en effet une explication possible. Alors Hubert, racontez-nous comment vous avez débuté votre approche de la communication animale.

– Tout d’abord, j’ai toujours considéré mes Animaux, depuis très longtemps, comme des quasi-égaux par rapport à moi. Égalité d’importance, égalité de dignité et de sensibilité. Avec des émotions très comparables, la faculté de développer la loyauté, le respect, la fidélité, l’attachement, la compassion, la patience, l’écoute et une forme de concentration. J’ai surtout eu des chats jusqu’ici, une fois un chien. Mais j’aime aussi beaucoup les chiens. Ce qui m’intéresse chez le chat c’est son indépendance, son autonomie. Ce qui fait que le chat ne se soumet pas (sauf si on le maltraite, ce qu’il ne faut jamais faire, bien sûr). Le chat est donc un excellent sujet avec lequel pratiquer, je dirai, non pas un dressage mais une domestication, ou plutôt ce que j’appellerais pour ma part «une élévation». Je m’explique…

– Oui, car vous m’intéressez…

– Je n’aime pas entendre prononcer des mots tels qu’élevage ou dressage. Ce qui laisse supposer qu’il y a un être soi-disant «supérieur», l’humain, et un autre, l’animal, que l’on soumet. Je ne veux pas entendre parler de ces notions ! Aucunement…

– Moi non plus…

– Bien. Le chat, lorsqu’un humain va gagner sa confiance puis développer avec lui un rapport de plus en plus intime et élaboré, va rester un chat. Mais dans le même temps, son cerveau va être stimulé et va surajouter des éléments humanoïdes à son développement. Le chat va tout d’abord décoder la gestuelle, les intonations de voix, les émotions, les petites habitudes quotidiennes répétitives, en nous regardant vivre avec beaucoup d’attention et de finesse. Vraiment, chère amie, vous seriez surprise de découvrir à quel point les chats peuvent vous observer avec beaucoup d’attention, en faisant de leur mieux pour tenter de comprendre une grande partie de tout ce que vous faites.

– Je vous rejoins volontiers, j’ai aussi des chats… !

– On peut donc dire que, ni plus ni moins, le chat reste chat à la base tout en devenant un peu humain lui aussi. Là où c’est très intéressant, c’est que la sur-évolution du chat peut réellement aller très très loin. Si la personne propriétaire du chat a dans son esprit des croyances erronées, des conceptions restrictives, les filtres de son jugement limité et approximatif, alors l’expérience qu’elle vivra avec son chat sera hélas limitée. Mais si le chat tombe sur un humain réellement désireux de le traiter quasiment d’égal à égal, alors dans ce cas, réellement, la sur-stimulation du chat pourra l’amener très très loin dans son développement cérébral et psychique. Il faut savoir qu’au niveau cérébral, les chats ont un néo-cortex exactement comme nous en avons un. Il s’agit d’une zone du cerveau qui est capable d’opérations neurologiques fines qui hébergent des fonctions évoluées de la conscience. Nous parlons ici de compréhension du langage articulé par les humains, de télépathie des idées (non parlées), de décodage des intentions, de développement de stratégies fines du comportement, mais aussi de sentiments supérieurs telles que la gratitude, la fidélité, la loyauté, l’attachement. Je parle bien de sentiments et non pas d’émotions primaires. Ce n’est pas la même chose.

– Oui, j’ai lu plusieurs sur Internet des témoignages de personnes qui rapportaient des cas de chats vivant sur la tombe de leurs défunts maîtres. C’est très émouvant…

– Absolument. Il y a aussi des histoires plus gaies où par exemple le chat d’une petite fille très malade lui a apporté un soutien de si grande qualité que la petite patiente s’en est finalement sortie d’une remarquable manière. En fait, il est important de souligner que de très nombreux animaux – et beaucoup plus qu’on ne l’imagine – sont capables d’un Amour très pur et très profond.

– C’est vrai.

– Ce n’est pas le seul aspect intéressant, même si il est précieux et déjà agréable en soi. Il y a bien plus.

– Racontez-nous…

– Le chat vous connaît aussi bien que vous-même. Il sait si vous êtes en forme ou non, en bonne santé ou fatigué. Si vous avez une douleur quelque part, ou une anomalie, le chat va faire ce qu’il peut pour vous aider. Il pourra vous apporter du réconfort sous forme de compagnie, de petites attentions, de tendresse, du fait de sa présence, d’un ronronnement thérapeutique (ce que des études sérieuses ont prouvé). Il pourra pratiquer un petit soin énergétique (je l’ai expérimenté personnellement) et tentera si il le peut de faire céder la douleur. J’avais un jour une plaie qui s’était un peu infectée et suintait. Je l’ai bien sûr soignée mais le chat a vu mon problème et a voulu participer. Il s’est couché par-dessus ma blessure (que j’avais recouverte) et a dormi dessus tout en m’envoyant beaucoup d’énergie. La plaie s’est mise à chauffer, à vibrer, et a cicatrisé extrêmement rapidement. L’inflammation a cédé très vite, d’une manière étonnamment rapide. C’était très concluant. Lorsque j’ai raconté cette histoire à un ami, il m’a confirmé en me racontant que de retour d’un accident de ski, quand son chat l’a retrouvé, il s’est couché sur son épaule qui le faisait vraiment souffrir et a pratiqué lui aussi une sorte de soin énergétique. Sur l’instant mon ami a eu mal du fait du poids du chat, mais ensuite il s’en est trouvé réellement soulagé et ravi, de manière profonde.

– C’est touchant ! Cela montre vraiment que ces bêtes veulent du Bien à leurs maîtres.

– Oui. Dès qu’il y a du respect, de l’estime, de la tendresse et de la confiance de part et d’autre, c’est une relation de grande qualité et intensité qui s’installe, avec tout ce que cela peut comporter. Le chat ne peut pas exprimer facilement tout ce qu’il pense et ressent, mais il le vit au plus profond de lui.

– Vous avez une théorie à ce sujet, sur la manière dont tout cela se met en place.

– Oui. Je pense que tout se construit à partir d’une intense concentration, d’un point de focalisation que l’adoptant en puissance doit cultiver et concentrer intensément dès le commencement entre sa conscience et celle du chat cible. C’est comme une sorte de faisceau laser (c’est une image) qu’il faut établir entre sa personnalité et celle du chat. Il est très important de considérer le chat comme un autre soi-même et de le traiter comme tel. Lors de la concentration, il va se produire un phénomène de résonance qui va interpeller le chat et il va tout de suite comprendre que quelque chose est en train de passer (et de se passer) entre lui et vous. Depuis votre intériorité vers la sienne. Le chat va comprendre qu’il a à faire à quelqu’un et au passage bénéficier d’un effet miroir. Je suppose que c’est également de cette façon que de puissants apprentissages peuvent se mettre en place au moyen des neurones miroirs. Sur le plan des émotions supérieures, ou plutôt de sentiments évolués, profonds et aussi de certains comportements fins.

– C’est très intéressant…

– Je peux aussi témoigner d’autres aspects de l’expérience d’avoir des chats qui m’ont beaucoup touché également. L’Amour de mes chats a été plus fort que la mort. Je veux dire que j’ai eu des chats qui ont continué à venir me voir une fois qu’ils étaient partis dans l’autre monde. J’ai même eu des phénomènes de grande qualité et intensité. Qui ont été suffisamment intenses et probants pour que d’autres êtres les voient, les entendent, et qu’il y ait une interaction avec le chat disparu réapparu parmi nous quelques instants. A un tel niveau de preuve, plus aucun doute n’est permis.

– Je veux bien vous croire. Vous nous racontez un peu ?

– Un après-midi, juste après le repas, je buvais le café devant ma porte fenêtre. Un de mes chats, un petit mâle noir, dormais sur mon lit au premier. Une autre chatte somnolait (sans dormir) sur un fauteuil au rez de chaussé avec moi. Il y avait une petite cour intérieure, fermée par une véranda, que je regardais, les yeux un peu dans le vide, perdu dans mes pensées. Tout était clos. Tout à coup, il y a un autre chat noir, en fait un de mes anciens chats, qui est apparu et qui s’est jeté sur la porte fenêtre avec entrain. Il a réveillé ma chatte qui l’a regardé fixement en miaulant. Elle entendait et voyait la même chose que moi ! J’ai ouvert la porte fenêtre et j’ai vu mon chat comme il était à son jeune âge, puis il s’est volatilisé comme il était apparu. Je suis alors sorti pour inspecter la véranda et vérifier qu’aucun autre chat ne s’était introduit. Je suis monté au premier et mon autre jeune chat dormait toujours sur mon lit. Je venais bel et bien d’avoir une visite de mon défunt chat ! Nous étions très liés. 11 ans après son décès ce chat passe toujours me voir de temps en temps…

– C’est magnifique…

– On trouve de belles histoires de ce genre dans des témoignages de personnes qui pratiquent la communication animale avec un certain succès.

– C’est très rassurant et réconfortant.

– Exactement. L’Amour ne meurt pas…

– Vous venez de nous donner une aperçu de nombreuses formes de communications, mais je ne suis pas sûre qu’il s’agisse précisément de ce que l’on désigne sous l’appellation «communication animale»…

– En effet, ce n’est pas tout à fait cela. Au sens strict, il s’agit d’une démarche délibérée de l’animal, qui, faute de pouvoir parler, va envoyer un mot que vous allez recevoir par télépathie, ou bien une pensée non verbale, que votre esprit va retraduire selon vos mots à vous, ou bien une sensation, une émotion, comme la faim, le froid, la solitude, la peur, la joie, l’impatience de vous voir rentrer…

– D’accord.

– Cependant il ne faut pas perdre de vue que ces formes précises peuvent se combiner à d’autres formes de communication, corporelle, gestuelle, bruits, comportements, qui remplacent ou complètent les formes les plus évoluées.

– J’ai bien compris. Comment pensez-vous que l’on puisse construire une communication évoluée avec un animal ?

– Je ne prétends pas encore en être arrivé au niveau de certaines personnes expertes, mais je pense avoir atteint un niveau intermédiaire qui est respectable. Je pense que la communication est hybride. Tant pour l’animal que l’humain. Elle se base sur l’observation de la gestuelle, des postures, l’intonation de la voix, les émotions, les énergies que ressent l’animal, nos pensées qu’il devine plus ou moins. L’animal connaît certains mots par cœur. Pour les autres, il va analyser le contexte et déduire, deviner plus ou moins. Tous ces moyens utilisés tous ensemble permettent d’avoir une bonne compréhension des situations. Pour le reste, nos animaux voient bien parfois que nous ne comprenons pas tout de suite ce qu’ils veulent, mais ils sont déjà contents d’avoir capté notre attention, d’être pris en compte, et cela leur permet de patienter jusqu’à ce que le déclic ait lieu de notre part.

– Ils voient que vous faites attention à eux.

– Oui, et même si je ne capte pas ce qu’ils essaient de m’envoyer par la pensée, ils devinent mes autres tentatives, ma bienveillance, et c’est ce qui rend nos relations si attachantes.

– Bien sûr. Avez-vous eu d’autres expériences étonnantes, sinon ?

– Oui, 2 fois. Un jour j’ai essayé de «capter» mon chat. Sa personnalité. J’ai essayé de capter ce qu’il pensait, ce qu’il ressentait à l’intérieur de lui. Ce n’est pas tout à fait ce que j’ai eu. Je me rappelle qu’il était encore très jeune. J’ai perçu une petite boule de vitalité déterminée à vivre, pleine de vivacité, de bonheur d’exister, d’innocence, de joie. Une vraie petite tornade à 4 pattes. Je me rappelle que cela m’avait vraiment étonné…

– Cela doit faire un drôle d’effet, j’imagine.

– On peut le dire. Mais c’était agréable en même temps. C’était pur et touchant. Cette énergie d’un petit animal heureux de vivre, ça m’a touché…

– Et la 2ème expérience ?

– Je conduisais. Je revenais d’un déplacement dans des circonstances un peu éprouvantes. J’étais concentré sur ma conduite, un peu fatigué. Tout à coup j’ai capté comme une sorte de carte postale, mais animée, vivante, de l’intérieur de mon appartement. J’ai senti que l’information m’était envoyée par mes 2 chats en même temps, le jeune mâle et la chatte plus âgée. C’était un instantané en direct de la maison, close, sombre, froide. Les chats s’ennuyaient de moi et avaient faim. Ils se demandaient quand je rentrais. Je les avais laissés à l’intérieur car il ne faisait pas beau temps, j’avais pensé qu’ils seraient mieux à l’abri. Ils ont été contents d’avoir capté ma réponse. Je n’étais plus très loin et je pense qu’ils ont reçu en retour toutes mes propres sensations lorsque j’ai reçu les leurs. Cependant je ne me suis pas laissé déconcentrer de ma conduite et j’ai coupé le canal. Un peu plus tard, en arrivant en ville, que je connaissais bien, j’ai repensé à ce souvenir tout frais dans mon esprit, et à mon grand étonnement cette sorte de «carte postale» vivante était toujours disponible dans mon esprit, comme si c’était un objet qui flottait dans une sorte de tiroir d’esprit. J’ai alors réalisé qu’il y avait de nombreuses autres informations rattachées à «l’émission» de ce flash concentré de données et j’ai vu que mes chats m’avaient envoyé quelque chose de beaucoup plus sophistiqué que ce que j’aurais pu penser de prime abord. Je dois bien dire que cela m’a fortement impressionné. J’ai compris depuis ce jour-là que la vie intérieure de nos animaux de compagnie est très certainement vraiment bien plus riche que ce que la plupart des gens imaginent. Et de très loin…

– Cela amène une étrange sensation de penser à cet aspect des choses. C’est une grande remise en question.

– Je la pense très nécessaire pour que désormais les Animaux, mais aussi la Nature, soient traités d’une toute autre façon par le plus grand nombre. Il y a bien trop peu de gens qui considèrent Nature et Animaux comme ils le devraient. Je pense aux arbres, par exemple…

– Vous avez eu des expériences avec des arbres ?

Également oui, pour mon plus grand étonnement. Pendant 15 années, il ne s’est rien passé. Puis un jour…

– Et bien je vous propose de revenir pour avoir le plaisir de découvrir avec nos lecteurs votre témoignage. C’est un plaisir d’avoir ces beaux partages avec vous.

– Je suis heureux de voir qu’ils sont appréciés.

– Alors à très bientôt…

Attention ce texte est protégé et déposé. Toute utilisation violant le copyright entraînera des poursuites !

Le Guide la voyance CAPA
vous recommande
http://www.guide-voyance-capa.com

Vision à distance, photons d’esprit, médiumnité psionique, perception extrasensorielle : plus loin avec Hubert Herrick, médium

– Bonjour Hubert, je suis contente de vous retrouver pour reprendre là où nous en étions restés la dernière fois et tenter d’approfondir en faisant à peu près le tour de ce domaine qui vous passionne, la voyance et tout ce à quoi peut amener l’éveil des facultés parapsychiques (ou métapsychiques ) des personnes.

– Toujours avec plaisir…

– Lorsque nous nous sommes quittés, j’ai réalisé que nous avions à peine effleuré la richesse et la complexité du sujet des facultés paranormales des êtres humains.

– C’est vrai.

– Alors il y a l’empathie , l’hypersensibilité , le psionique , les ressentis et pressentiments , la télépathie , le vibratoire que vous appelez aussi « toucher oscillatoire interne »… C’est étonnant ces derniers mots…

– Je comprends que cela puisse surprendre. Il y a un mot plus commun et à la mode à notre époque, où l’on dit que tout est «vibratoire». Mais il est un peu moins précis. L’expression n’est pas de moi mais a été forgée par Seth que la célèbre channel américaine Jane Roberts a canalisé autrefois.

– Channel ? Un canal donc, une autre forme de médiumnité .

– Oui. C’est voisin de la télépathie mais en plus profond. On parle aussi de « médium animé » par incorporation partielle, avec une transe plus ou moins profonde. J’ai moi-même pratiqué cela dans les années 90 à titre expérimental personnel, mais jamais en transe profonde. J’étais parfaitement conscient de tout ce qui se passait. Certaines fois je me concentrais sur la formulation linguistique des pensées brutes (sans mots) que je recevais, et d’autres fois j’étais pleinement à même de participer à une réelle conversation avec l’entité que je canalisais.

– Cela doit être une expérience étonnante et passionnante !

– Oui, parce que l’on sent couler en soi l’essence purement énergétique d’une personnalité très distincte et différente de la sienne mais profondément douce et bienveillante, dans les cas qui m’ont concerné, avec un échange d’égal à égal, même si les entités qui me parlaient me paraissaient d’une bien plus haute évolution que la mienne et celle qui est habituelle, standard, sur la Terre.

– Je comprends. Revenons un instant à l’aspect vibratoire.

– Oui. Seth préfère le terme oscillatoire. Après de nombreuses lectures et relectures de son enseignement, afin de m’en imprégner, d’y réfléchir, d’essayer de me l’approprier de manière pratique, j’ai compris que la psyché humaine était dotée d’autres sens non-physiques qui pouvaient élargir ses moyens perceptifs dans le temps et dans l’espace. L’aspect d’oscillation fait tout de suite penser à l’oscillateur d’un émetteur-récepteur. Comme une radio, ou même un radar, capable d’écouter et de sonder avec une portée plus grande et plus précise, dans d’autres domaines de la réalité. A des niveaux énergétiques mais pas forcément matérialisés, pas encore. Ou même dans des domaines immatériels.

– Un peu comme le monde des idées de Platon où les pensées naissent et précèdent les formes…

– Ho, oui, merci, c’est une belle comparaison pour amener les gens à saisir ce dont il s’agit. Même si c’est un peu philosophique…

– …et spirituel aussi, en même temps…

– …De toute façon, tout se rejoint au bout du compte. Il n’y a pas de divisions, c’est l’humain qui les créé en multipliant certaines étiquettes inutilement, ce qui perturbe la perception d’ensemble qui donne pourtant une perspective beaucoup plus claire et cohérente des choses.

– Je suis d’accord. Alors donc… vous parlez d’un toucher, qui oscille… ? De prime abord cela semble surprenant.

– Pour bien comprendre il faut procéder par paliers. En fait il est déjà arrivé à beaucoup de personnes dans des situations quotidiennes banales d’utiliser déjà un peu ce sens non-physique. Qui n’a pas entendu quelqu’un dire «Holala celui-là il a de mauvaises vibrations», ou encore «il y avait une mauvaise ambiance au boulot ce matin», et parfois sans même que personne ne se parle dans un service, tout un chacun étant absorbé dans son travail. Pourtant, quelque de chose de non visible mais de très «palpable» semble «flotter dans l’air» et atteindre les personnes présentes.

– Oui c’est vrai. Et cela m’est déjà arrivé plusieurs fois, en plus…

– Il y a une sensation un peu confuse et floue, quoique indéniable, et cela vient du fait que l’expérience est vécue dans le monde physique ordinaire mais avec des sens non-physiques. Lorsqu’on n’est pas habitué et pas versé dans les explications scientifiques, on mélange un peu tout, on globalise, alors les mécanismes en jeu ne sont pas compris. Pour bien comprendre il faut imaginer cette même faculté, le toucher oscillatoire interne , se mettant en œuvre dans un domaine non-physique. Ou non encore physique, mais en train de le devenir, physique. En quelque sorte c’est comme si un médium se connectait à la vibration d’une graine et pouvait déjà percevoir l’arbre qu’elle allait devenir dans le futur.

– Ha oui ! Expliqué comme cela, c’est beaucoup plus clair…

– …même si j’ai un peu exagéré le trait pour rendre l’idée plus facilement compréhensible…

– …ce qui explique comment certains médiums peuvent avoir des visions prophétiques avant même qu’elles ne soient réalisées.

– Voilà.

– C’est donc un voyage dans le temps et dans l’espace. Même plusieurs espaces différents, pourrait-on dire.

– Oui. C’est un sujet complexe mais ici je peux donner quelques tout petits indices. L’expression habituelle «espace-temps» amène beaucoup de distorsions et empêche la compréhension réelle des mécanismes en jeu. C’est une voie sans issue. Mes travaux vont dans une toute autre direction. J’espère pouvoir les publier un jour. D’ici là je perfectionne mon étude et mes recherches. Je pense qu’il me faudra encore entre une et deux années de travail pour tout boucler.

– J’espère que vous y arriverez.

– Moi aussi. Cela devrait intéresser du monde, même si au départ il y aura un peu de réticence bien compréhensible…

– Revenons à quelque chose de plus classique à présent, mais qui ne sera pas inutile. Il y a des personnes qui se perdent un peu avec tous ces termes : channeling , canalisation, télépathie, clairaudience , clairentendant . Pouvez-vous nous expliquer cela plus clairement ?

– Ce n’est pas si compliqué. Le channeling, qui signifie canalisation, en français, consiste, comme dans un tuyau où coulerait de l’eau, à laisser entrer dans une fraction raisonnable de son être – j’insiste sur raisonnable – une fraction également raisonnable de l’essence énergétique d’une personnalité très distincte et différente de la sienne. Cela se fait progressivement, graduellement, en douceur. C’est comme pour le co-pilotage d’un avion, en double commande. L’avantage est qu’il n’y a pas de perte de signal psychique, pas de distorsions. La connexion est intense et en plus de l’échange d’information à travers le langage articulé, il va s’ajouter les ressentis de toutes sortes, le prolongement des sens oscillatoires dont j’ai déjà parlé.

– D’accord.

– La télépathie est plus simple à comprendre : les pensées sont captées, un peu à l’image d’une brève émission radio.

– Oui. Est-ce différent de la clairaudience ?

– Un peu oui. Mais pour expliquer la clairaudience il faut d’abord expliquer l’audition physique ordinaire. Sur Terre l’agitation de l’air (ou de l’eau) provoque certains sons que de petites pièces mécaniques de l’oreille humaine transforment en impulsions électriques et chimiques, électrochimiques. De là, ces signaux électriques sont amenés au cerveau, qui ensuite les retraduit pour notre être spirituel non-physique. Le cerveau N’EST PAS à l’origine de la conscience, ni physique, ni spirituelle, mais il est entre les deux, entre le physique et le spirituel, au milieu, et il fait le lien.

– D’accord.

– …En dehors du corps humain physique il existe en quelque sorte son double mais qui est lui purement spirituel. C’est à ce niveau que se situe la clairaudience . Les êtres défunts (désincarnés) sont clairvoyants et clairaudients . Ils perçoivent avec leurs sens non-physiques ce qu’ils percevaient autrefois sur Terre depuis leur corps. Mais d’une manière un peu différente. Ces perceptions et les échanges qui leurs sont associés peuvent avoir lieu entre êtres incarnés ET non incarnés. C’est aussi simple que cela.

– Mais ce n’est pas de la télépathie.

– Non. C’est ce que l’on pourrait appeler de l’extrasensorialité. En dehors des sens physiques, mais parfaitement équivalents. Simplement transposé au niveau spirituel. Vous connaissez très certainement cette phrase «nous sommes des êtres spirituels vivant une expérience physique» ?

– Oui !

– Nous y sommes déjà. Simplement, les gens qui ont conscience de leurs sens spirituels apprennent peu à peu à les maîtriser, à les utiliser de manière de plus en plus fine…

– C’est une question d’entraînement donc ?

– Comme en de très nombreux autres domaines sur Terre.

– C’est vrai… Je voudrais aborder des notions que nous avons laissé de côté jusqu’ici, mais avec lesquelles nous avons attiré nos lecteurs et lectrices jusqu’ici. Les photons d’esprit , et la médiumnité psionique .

– Oui ! Cela tombe bien, je cherchais le moyen d’amener ces notions dans mes explications.

– Il suffit de demander…

– Pour la part des recherches en cours accessibles au niveau du grand public, il a été découvert lors d’expériences de vision à distance menées sur Terre par certains types de personnels, dans des endroits particuliers à l’accès très restreint et réglementé, que ces « visiteurs à distance » laissaient des traces involontaires mais bien réelles de leur passage non désiré sur les endroits visités.

– Ah ? Expliquez-nous.

– Ces visiteurs à distance, sortant de leur corps, en projection d’esprit donc (une fraction de leur esprit), laissaient pendant le temps de leur visite en des endroits interdits au commun des vivants des «photons d’esprit». C’est à dire des grains de lumière assez comparables à ceux qu’émet par exemple notre cher Soleil, quoi que d’une nature légèrement différente. De purs photons spirituels. Ces visiteurs ont ainsi involontairement trahi leur présence ! C’est à partir de ces premières constations inattendues qu’un nouveau pan de la science est en train de s’organiser, qui pourra amener dans un temps assez proche je pense à une nouvelle science para-physique de la spiritualité. Des êtres décédés ont déjà indiqué cette tendance à quelques uns de leurs proches (toujours incarnés, médiums donc) qui ont relayé leurs messages selon différentes voies médiumniques. Je pense, si tout se passe bien, que nous pourrions avoir de grandes avancées entre 5 et 10 ans. Peut-être même moins si tout se passe comme cela le devrait…

– C’est assez excitant.

– L’humanité devrait faire de grands progrès si ces nouvelles notions sont utilisées avec sagesse.

– Souhaitons-le !

– Je suis relativement confiant. Avec prudence et réserve, mais moyennement confiant, sur un fond d’optimisme.

– Et la médiumnité psionique, alors, qu’en est-il ?

– Cette néo-science va faire l’inventaire de nouvelles particules élémentaires, comparables à celles que l’on trouve au niveau de la matière primordiale. Mais transposé au domaine para-physique. Des particules d’esprit en quelque sorte, et leurs différentes déclinaisons, selon les sens oscillatoires concernés : para-vue, para-ouïe, para-toucher, etc. On parle de parapsychologie mais aussi de phénomènes PSI , et ce mot « psi » suggère déjà en soi l’existence de telles particules d’esprit, ou encore «psioniques». Pour le moment la science officielle nous confisque l’autorisation de savoir. Mais je peux vous garantir que cette limite va bientôt tomber. Nous avons tous les sens oscillatoires voulus, déjà existants, simplement endormis au fond de nous, pour parvenir à comprendre ce qu’il en est. Il reste à étudier les mécanismes qui entrent en jeu. C’est tout…

– C’est fascinant ! Mais… toutes ces perceptions nouvelles… cela doit rendre plus sensible, particulièrement hypersensible même…

– Oui. Hypersensible et empathique. L’empathie, c’est une sensibilité qui permet de ressentir soi-même ce que ressent l’autre. C’est ainsi que l’on parle d’ailleurs déjà de médium empathique ou médium hypersensible . Autrefois on utilisait plutôt le mot « extralucide », mais c’est finalement la même chose. Ce ne sont que des synonymes.

– Tout à fait. A vous écouter, il semble bien qu’il y a donc un océan d’informations de toutes natures tout autour de nous. Mais les gens n’en ont pas conscience. Ils ne savent pas les capter, les accueillir, les décoder, les interpréter…

– Voilà. C’est là, partout, autour de nous, en permanence, mais peu de gens y ont accès. Pour le moment.

– Pour le moment… C’est marrant, parce que de prime abord, tous ces mots un peu mystérieux, comme prémonitions , précognition , rétrocognition , pressentiments, visions prémonitoires ou encore « lecture à distance », semblent nous mener vers un univers un peu incertain, occulte , confus. Mais une fois toutes vos explications données, on s’aperçoit au contraire que tout ne demande qu’à s’éclairer…

– Oui ! Comme je l’ai dit dans ma présentation, il faut enlever toute la poussière des siècles et millénaires passés pour renouveler cette discipline médiumnique et toutes ses variantes. Démystifier tout ce qui doit l’être. Enlever les vieux clichés, les superstitions, les manières ridicules. Il est indispensable à présent d’étudier toute la part invisible du Réel, qui a été laissée de côté jusqu’ici, alors même pourtant qu’elle aussi régit la matière et l’énergie. L’Occulte devenant révélé ne pourra alors être étudié et enseigné correctement que lorsque la superstition et les rituels désuets seront définitivement bannis pour faire naître une vraie nouvelle science.

– Et vous êtes confiant pour la venue prochaine de cette nouvelle étape… ?

– Oui, selon moi il s’agit du nouveau défi du véritable Renouvellement du Genre Humain, en Union avec la Nature, la Terre et toutes les formes de vie communicantes qui sont à côté de nous.

– Ha oui, les animaux ! Encore un sujet passionnant sur lequel il y aurait certainement matière à échanger.

– Hé bien, vous savez où me trouver…

– Exactement. Merci pour cette interview.


Aller plus loin selon une autre approche ?

https://www.hubertherrick.com/quels-types-empathes-etes-vous/


Attention ces textes sont protégés. Toute utilisation violant le copyright entraînera des poursuites !

Le Guide la voyance CAPA
vous recommande
http://www.guide-voyance-capa.com

INTERVIEW «Quel voyant êtes-vous, Hubert ?» – «La voyance, est-ce bien sérieux ?»

  

– Bonjour Hubert. J’aurais pu vous poser ces deux questions, dans un clin d’œil, un peu malicieux, mais je crois que nous découvrirons davantage de choses en posant des questions précises.

– Allons-y.

– J’ai vu que vous utilisez des cartes. Êtes-vous un tarologue ?

– Oui et non. Je suis plus que cela. La naissance et l’utilisation d’outils tels que les tarots et autres types de cartes font partie de la Tradition, et elles sont un bon moyen, au début, de développer ses propres facultés, de travailler sa pratique, de se familiariser avec les mécanismes qui amènent la venue d’informations non sensorielles de manière spontanée. Je parle bien ici de données qui ne viennent pas de l’observation de la personne venue consulter, de ce qu’elle dit, de sa gestuelle, etc. Ni d’aspects psychologiques ou de déductions faites à partir du plan visible. La tarologie se limite à déduire de certaines associations de cartes le déroulement futur de certains événements. La voyance , elle, fait appel à d’autres procédés pour en dire plus; je vais y revenir.

– D’accord. Vous consultez par téléphone ?

– Oui. C’est moi qui rappelle le consultant ou la consultante. Elle ne paye donc pas la communication, seulement ce pour quoi elle consulte. La voix de la personne est pour moi un excellent support, surtout si la personne est réellement motivée, désireuse d’en savoir plus sur certains aspects de sa vie future. Je ne prétends pas comme certains détenir la clé de votre avenir, ce que l’on lit sur certains sites peu sérieux qui forcent des traits caricaturaux pour leur publicité (ce qui fait du mal à d’autres praticiens et praticiennes qui utilisent leur don avec sincérité, éthique). C’est tout un chacun qui détient les clefs de son futur en s’efforçant de mieux savoir où certaines tendances intérieures conduisent…

– On entend parfois parler de divination , d’ arts divinatoires . Que pouvez-vous nous en dire ?

– Utiliser diverses formes de sensibilité parapsychique est certainement un art, qui au début il est vrai va se cultiver en apprenant à utiliser comme je l’ai dit de très anciens outils de la Tradition. Mais ces outils ne sont que des assistants, des supports, des poteaux indicateurs. Pour l’observateur extérieur qui ne sait pas ou ne comprend pas quels sont les mécanismes en action pendant une séance de voyance , ce que je fais pourra sembler être de la divination. Un peu comme de deviner ce qui va se passer, selon certains symboles. Il n’en est rien. Je dirais même que parfois la carte et le symbole qu’elle comporte va être démentie par ma perception. Je prends deux exemples simples. Supposons que je tire la carte de la Force. Croyez-vous que cela va obligatoirement dire que la personne aura toute la force nécessaire pour mener à bien son projet ? Peut-être qu’au contraire la force va lui manquer ? Ou bien elle aura toute la force nécessaire, mais devra faire face à une forte opposition, adversité, concurrence ? Vous voyez… Supposons à présent que je tire la carte des Pénates, la demeure. Si la personne n’a plus de domicile, elle va peut-être en trouver un nouveau. Si elle en a déjà un, peut-être devra-t-elle déménager. Va-t-elle faire construire sa maison, ou en trouver une déjà construite ? Que veut dire une carte en soi ? Tout, et strictement rien ! Un vrai médium ne fait pas parler les cartes; il prend son élan à partir d’elles pour aller explorer l’infini des possibles, en quête de ressentis, d’images, de flashs , de vibrations issues d’autres plans et aussi par-delà le temps immédiat, pour réussir à isoler certaines informations précises, qu’il remet en formes compréhensibles dans son esprit (et celui de la personne venue consulter) pour répondre aux interrogations qui se posent à eux.

– On peut donc parler d’une voyance de l’avenir.

– Oui, encore que cette expression veuille tout dire et rien dire. Voyance laisse penser que l’on voit, mais on peut également entendre, ressentir, recevoir des pensées, des émotions, des informations, des sensations presque physiques. Vous connaissez certainement l’expression « 6ème sens »…

– Oui, bien sûr… !

– …qui veut signifier que la vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher ne sont pas impliqués dans les perceptions reçues par cet autre sens non-physique.

– Tout à fait.

– Chez les Bouddhistes il y a une conception intéressante qui considère que le mental, les pensées, produisent des «confections mentales» qui sont un autre sens supplémentaire, par lequel nous pouvons également percevoir le monde. Mais le sixième sens est encore au-delà du mental. Je ne dirais certainement pas qu’il n’a rien à voir avec tout ce qui précède, parce que ce 6ème sens s’en nourrit, bien sûr, mais il le dépasse aussi complètement. Les informations ainsi obtenues sont au-delà du temps et de l’espace habituels.

– C’est très surprenant. Mais en effet, j’ai déjà lu selon d’autres sources qu’il en était bien ainsi… Cependant, parfois, n’obtenez-vous pas des visions intuitives ?

– De temps en temps, c’est vrai. Lorsqu’une personne a des attitudes mentales ou émotionnelles aisément décelables, cela peut faciliter une fulgurance purement intuitive qui va donner l’orientation de départ où aller chercher certains dénouements possibles – je parle bien de «possibilités», de «probabilités» – et le voyant ne conditionne jamais ses ressentis par des croyances ou filtres ou pensées. Il fait le vide absolu et ne se laisse pas conditionner. Par contre, il va explorer les pistes ou indices apparents pour voir où ils mènent. C’est un peu comme une enquête, si on veut, mais avec un bandeau sur les yeux et aucune histoire connue à l’avance. On part de presque zéro, car bien sûr il y a un ressenti qui provient de la personne venue consulter.

– Je comprends… mais alors, qu’en est-il des visions prophétiques ?

– Il y a une chose qu’il ne faut jamais oublier, c’est que lors d’une consultation de voyance , et pas seulement d’ailleurs, il n’y a pas uniquement en présence le médium et la personne venue consulter, mais aussi l’Invisible (les autres plans) et également tous les êtres (de diverses natures) qui y vivent. Ces êtres peuvent également apporter des informations, notamment en offrant au clairvoyant , à la clairvoyante , une vision «prête à l’emploi», à la mesure de sa sensibilité. Une sorte de raccourci perceptif, tout à fait percutant. Un résumé visuel très intense contenant l’essentiel de l’information à retenir, et d’ailleurs parfois complété par exemple par des ressentis émotionnels, sonores, pour les clairaudients et clairaudientes , télépathiques, etc…

– Quelque chose de très vivant donc. Comme si on y était.

– C’est exactement cela. Comme si on y était…

– On peut expliquer cela de deux façons différentes, me semble-t-il…

– En effet, et je vois que vous connaissez bien le sujet…

– …c’est à dire que, soit, l’Invisible vous fait passer des informations; soit, c’est une fraction de vous-même qui part dans… l’Au-Delà…

– …l’hyper-espace…

– …oui, l’hyper-espace, pour aller puiser des perceptions sur des êtres et événements éloignés de vous dans le temps et dans l’espace.

– C’est exactement cela. C’est pour cette raison que j’aime bien le mot «hyper-espace».

– Hmm, oui, ce mot passe bien. Pour le temps, on comprend moins bien comment cela fonctionne. Le mot «hyper-temps» je ne l’ai jamais rencontré…

– Cela fait plus d’une dizaine d’année que je travaille sur ce sujet passionnant. Je pourrais en parler mais cela nous emmènerait trop loin, d’une part, et je tiens pour le moment à ce que mes travaux restent protégés.

– Je comprends. En tout cas, il semble bel et bien que l’on puisse voir l’avenir à partir de certains points de l’hyper-espace… ?

– C’est en effet ce que font des voyants et des voyantes depuis la Nuit des Temps, des clairvoyantes et clairvoyants , des personnes extralucides , douées de perceptions extrasensorielles , la clairaudience , la clairsentience , c’est à dire semblables à celles que pourraient apporter un corps physique mais pourtant totalement au-delà de lui, sans lui. Et également des informations plus complètes que celles que le corps peut donner…

– Oui. C’est là tout le domaine du paranormal et de la parapsychologie . Encore que pendant des décennies, il faut bien reconnaître que les vraies études sérieuses menées par exemples par certaines puissances bien connues n’ont jamais été partagées avec le grand public…

– Hélas. Merci à vous de le préciser.

– …même si cependant certaines expériences, par exemple de vision à distance , «remote viewing» en anglais, sortie hors du corps exploratoire, communication à distance , ont pu être menées.

– Oui. Cependant, bien entendu, les «modes d’emploi» n’ont jamais été mis à disposition. Mais il est encourageant de souligner qu’il y a là un champ d’expérimentations et d’études très sérieuses qui s’offre aux personnes avisées, de bonne volonté et mentalité, pour mieux comprendre et aborder le sujet passionnant des facultés humaines, de l’esprit, de la conscience, de la médiumnité , etc.

– Tout à fait. Tout ceci nous mène donc beaucoup plus loin que le simple devin et la cartomancie

– Certes. Il ne faut pas manquer de respect à des pratiques sympathiques lorsqu’elles sont conduites avec éthique, respect et soin. Il s’agit de moyens différents. Bien sûr, les résultats le sont aussi…

– Cela n’a rien à voir. C’est vrai. Dites-moi, comment peut-on faciliter l’obtention d’une « vision de l’avenir » ? Pouvez-vous essayer de nous résumer cela en quelques points les plus marquants ?

– Je vais essayer d’être complet. Il y a d’abord un désir intense et sincère de connaître – notez bien que je dis connaître, non pas «savoir». C’est très différent. Il y a beaucoup de personne qui croient savoir, qui disent «je sais». Mais savoir n’est absolument pas connaître. Le savoir est théorique, et de nombreuses théories se révèlent finalement être fausses. Connaître, c’est être passé «de l’autre côté du miroir», avoir réellement été en contact, dans l’expérience concrète d’une chose ou d’un être. Avoir vécu une fraction de temps face à cet être ou cette chose, totalement. Le savoir ne permet absolument pas cela, et encore moins la croyance. La croyance peut même être un filtre et un obstacle. Donc pour percevoir le futur, il faut en avoir le désir intense, mais ne préjuger de rien, ne rien supposer, et ne rien bloquer. Il faut donc faire le vide en soi et rester le plus neutre possible tout en s’ouvrant au maximum. C’est la première règle.

– D’accord.

– Lorsqu’on a été familier d’une personne, par exemple un ami, que l’on connaît bien, on peut être amené à avoir une vision de l’avenir pour cet ami, par exemple. La connexion de départ se fait à partir des vibrations caractéristiques de la personne, qui sont le «point de connexion» de départ dans l’espace et dans le temps, où que se trouve cette personne sur Terre. Mais ensuite, dans ce voyage dans le temps, la personnalité de cet ami pourra changer fortement en un temps bref, par exemple à cause d’un événement qui va l’affecter, ou d’une modification dans sa vie intérieure qui peut par exemple le rendre dépressif ou tout au contraire l’amener dans des directions très innovantes et inattendues par rapport à sa vie passée. Dans un Renouveau total.

– Je vois…

– Et il va se rajouter ce que j’appelle les troisième et quatrième ingrédients, qui sont l’addition du désir très sincère de savoir… pardon, «connaître», du consultant, mais aussi l’autorisation de la personne concernée par la vision, et là c’est son âme qui décide si elle donne l’autorisation ou non pour que la vision surgisse, et de même l’Invisible, qui a son mot à dire, et qui accorde – ou non – la survenue de la vision. Tout médium honnête se doit de le dire. Aucun être n’est une forteresse coupée du reste du Monde et des Univers. Aucunement. En aucun cas. Certainement pas. Tout est relié à tout, et à certains niveaux beaucoup plus élevés de l’Existence tout est transparent comme de l’eau, ou du cristal pourrait-on dire.

– Hmm, c’est étrange quand on y pense. Ce serait presque dérangeant…

– …Mais il y a une double règle importante qui préside au fonctionnement sain des facultés médiumniques , c’est d’une part l’éthique propre du praticien qui est surveillée par l’Invisible, bien entendu, et les médiums sérieux , sérieuses, le savent très bien. D’autre part c’est une sorte de politesse spirituelle qui fait que la vie privée, la privauté, sont respectées. Les informations qui circulent librement sont d’un autre ordre, utilitaire et transcendantal. Utilitaire, c’est bien le mot. D’ailleurs depuis longtemps j’utilisais le mot de «voyance utilitaire» quand je rassurais des personnes venues me consulter, désireuses de connaître mais inquiètes de tout ce que je pourrai percevoir. Et je leur répondais «seulement le strict nécessaire».

– «L’Utilitaire». Cela se comprend bien, en un sens.

– C’est l’éthique qui fait toute la différence, et toute personne sensée sait très bien que l’Invisible ne plaisante pas avec cela.

– Certainement. C’est rassurant finalement…

– Dans la plupart des cas. Je crois que c’est comme en tout domaine de la vie, il faut choisir avec soin son boulanger, son garagiste, son médecin et… le médium que l’on va consulter.

– …en commençant par étudier un peu le sujet pour voir ce qu’il en est, d’abord. Et par exemple en lisant votre site. Je l’ai parcouru avant de vous interroger et vous partagez du mieux que vous pouvez votre approche de l’art médiumnique.

– Je vous remercie…

– Si on récapitule, il y a donc 4 ingrédients nécessaires à l’obtention d’une vision.

– Oui…

– …qui sont un désir intense de connaître, l’absence de filtres perturbateurs, la capacité de se connecter, de se relier au sujet de son étude, de sa lecture médiumnique

– …tout à fait…

– …et enfin ce que l’on pourrait appeler «le feu vert de l’Invisible».

– C’est exactement cela.

– Mais si l’Invisible ne donne pas son accord pour que la vision ait lieu ?

– Alors le médium va obtenir une information plus ou moins complète avec ses autres sens médiumniques , tels que l’empathie, l’hypersensibilité, le psionique, les ressentis et pressentiments, la télépathie, le vibratoire ou «toucher oscillatoire interne»…

– Oui. La palette est vraiment très vaste, tout comme ce sujet d’ailleurs ! J’aurais donc plaisir à revenir vous interviewer ! Et bien Hubert, je vous remercie, c’était intéressant pour une première rencontre et découverte de la voyance.

– Le plaisir était partagé…

– A bientôt…

Attention ce texte est protégé et déposé. Toute utilisation violant le copyright entraînera des poursuites !

Le Guide la voyance CAPA
vous recommande
http://www.guide-voyance-capa.com