Médium avec + de 10 ans d’expérience, 
 flashs et cartes, Belline, Tarot Mythique, Grand Etteilla

CONTACTS AVEC LES PETITS GRIS NÉGATIFS et avec les Petits Gris Positifs

Les aliens sont ces créatures chétives, mystérieuses et qui pourtant vous fascinent. Par ce message, il s’agit de donner un aperçu d’expériences médicales pratiquées à l’encontre de l’espèce humaine par le passé. A l’heure où la radiance terrestre est en hausse, beaucoup d’aliens «Petits Gris» ont été contraints de fuir, ou ont été atteints par de graves affections.

Notre compassion pour les victimes de ces tristes expériences est immense, ainsi que pour l’espèce des «Petits Gris», ou des Reptiliens, qui s’est perdue en chemin.

En effet, ces êtres nous ont maintes fois prouvé qu’il était possible de changer, comme vous pourrez le voir par la suite. Il existe des aliens qui se sont vivement opposés à ces expériences génétiques, en refusant les ordres de leurs supérieurs.

Aussi ce témoignage ne vise t-il pas à heurter ou à choquer, mais à offrir un nouvel éclairage sur ces événements traumatisants.

Avis aux âmes sensibles, veuillez vous abstenir de lire ce qui suit si cela est trop pénible. Et pour ceux qui le souhaitent, il est nécessaire de lire cet exposé jusqu’à la fin pour bien en mesurer toute la profondeur.

Dorian et les êtres de Lumière (introduction de Aurélia Ledoux.)

***

Témoignage exclusif, Par Hubert Herrick

De tous temps, en tous lieux de la Terre, parmi toutes les cultures et peuples, des contacts ont été rapportés avec des êtres venant d’un monde différent de la Terre, et il ne s’agit aucunement de mythes ou de fictions.

Dans les temps modernes, et notamment depuis la seconde guerre mondiale, il y a eu une très forte recrudescence de survols, visites au sol, contacts rapprochés, voire même enlèvements à visées positives («ravissements») ou négatives («abductions»).

Dans la plupart des cas, ces contacts sont positifs. Mais il est n’est pas possible de passer sous silence d’évidents contacts et enlèvements négatifs qui ont d’ailleurs été à la fois couverts (dissimulés) et permis par plusieurs puissances en place. Il vient cependant d’être normalement mis fin à ces pratiques, d’une part, et d’autre part, la divulgation globale, ainsi que des procès de très très grande ampleur, auront prochainement lieu (avant l’été 2019), moment où le grand public commencera à en être informé…

À l’Automne 1995, il m’a été donné de vivre une expérience assez édifiante et profondément transformatrice, au contact des Petits Gris… Et je vais vous en donner le récit le plus fidèle et détaillé que possible.

Je venais de terminer une soirée bien ordinaire et j’allais me coucher. La nuit allait se passer normalement (sommeil profond), jusqu’à 4 H 15 du matin à peu près. Je me suis alors retrouvé dans ce qui RESSEMBLAIT tout d’abord à un état de rêve lucide ET une sorte d’état somnambulique MAIS LUCIDE, où il m’était suggéré de me lever pour aller dans la salle à manger, d’allumer la télévision et de commencer à la regarder. Je le faisais, mais les canaux étaient sans émissions, il n’y avait que de la «neige électronique» à regarder. C’est alors que deux mains APPAREMMENT familières se posaient sur mes deux épaules, me laissant croire qu’il s’agissait d’une personne de la famille. Mais lorsque je me retournais, il s’agissait d’un Petit Gris qui me tenait alors très fermement par les épaules. C’est à ce moment précis que le décor habituel de la salle à manger s’évanouissait pour devenir lui aussi semblable à l’énergie informe qui occupait l’écran de télé sans émission. J’étais alors instantanément transporté dans un bloc opératoire ressemblant à une cuisine de collectivité, entièrement faite d’aluminium (ou une matière d’apparence identique).

Je n’étais pas libre de mes mouvements. J’étais sanglé sur une table d’opération, et au moins 4 Petits Gris m’entouraient, s’affairant tout autour de moi. Derrière moi, un autre Gris plus trapu, d’un mètre 80 ou 90 supervisait la scène. On sentait que plus loin, derrière des verrières d’observation, d’autres activités étaient supervisées.

Très rapidement, une sonde de cœlioscopie était introduite par mon ombilic (nombril) et me causait une certaine douleur physique. J’étais sous l’emprise parapsychique du plus grand des Gris qui cherchait à altérer mes perceptions et ma volonté, mais ne parvenait pas à empêcher ma douleur de devenir plus grande. C’est grâce à cette dernière que je parvenais à me mettre en colère intérieurement et que je sentais le contrôle du Grand Gris sur moi commencer à totalement céder. Je reprenais le contrôle de ma perception habituelle et de ma volonté, et retrouvais également ma force physique. Les sangles cédèrent, mais la sonde opératoire était toujours enfoncée par mon ombilic, et je me souviens avoir brièvement souffert en m’échappant de la table et en extrayant cette sonde de manière inappropriée. Cela faisait plus de 20 secondes que les Petits Gris épouvantés par mon «réveil» avaient fui dans les salles de contrôle voisines, laissant seul le Grand Gris tenter de contrôler l’incontrôlable. Le plus stupéfiant est que je me suis senti comme tomber dans le vide et que je suis alors repassé à travers le toit et tous les planchers de l’immeuble où j’habitais à l’époque, pour atterrir assis sur mon lit, cœur battant.

Je me retrouvais «téléporté» dans mon lit, trempé de sueur, le nombril en sang et largement gonflé, également couvert du même gel bleu ciel que celui que l’on passe sur le corps des patients pour une échographie. Mais j’étais surpris de découvrir que ce gel pétillait un peu comme de l’eau pétillante, sa consistance plus épaisse mis à part. Et qu’il se dématérialisait rapidement. En moins de 3 minutes, plutôt à peine plus de 2, il n’y avait bientôt plus rien du tout.

Je restais avec une certaine douleur au nombril, et le ressenti que mes viscères avaient été malmenées. J’étais trempé de sueur, et les draps étaient largement mouillés. Quelques petites taches de sang marquaient les draps également. Mon cœur a mis près de 4 minutes à se calmer, lui qui n’avait cessé de battre à tout rompre depuis mon évasion de la table et du bloc opératoire, sous l’effet de la douleur et de ma colère (bien légitime). Je regardais l’heure après 2 minutes de stupeur, et il était 4 H 30 du matin…

J’étais épuisé et choqué, tombant rapidement dans un profond sommeil réparateur et libérateur, après m’être assuré que le cauchemar était pour le moment terminé.

Je me suis alors réveillé peu avant 8 heures. Mais je n’avais pas rêvé. Mes draps étaient tachés d’un peu de sang. De la poudre de sang séché était visible dans et autour de mon nombril qui était assez douloureux, ainsi que des traces d’essuyage de sang avec mes propres doigts eux aussi tachés. La région de mon ombilic était rouge, irritée et un peu dilatée. J’avais mal au ventre. Nous étions dans la dernière semaine de Septembre.

15 jours se sont passés, peut-être même un peu moins. Comme j’avais toujours mal au ventre et dans la région du nombril, je me décidais à consulter un gastro-entérologue. Il fut très facilement diagnostiqué une double hernie étranglée qui nécessitait une opération la plus rapide possible. J’étais en risque d’une occlusion intestinale vraiment dangereuse. Le problème se situait au niveau du nombril et quelques centimètres au-dessus. J’ai donc dû être opéré, cette fois sur Terre, par une équipe médicale tout ce qu’il y a de plus conventionnel et ordinaire. Le chirurgien a dû «démonter» puis reconstituer mon nombril, et également m’inciser quelques centimètres au-dessus, pour remettre en place ce qui devait l’être. (Pour information, je dois dire que cette région précise de mon corps m’a ensuite fréquemment fait un peu souffrir pendant près de 25 ans… !)

Lorsque j’ai vécu cette première expérience, j’ai été tout autant effrayé qu’émerveillé, tout autant furieux que satisfait de l’avoir vécue, et plutôt content de mon sort malgré tout. Pourquoi ? Pour de très nombreuses raisons que je vais soigneusement détailler ici, une par une.

– Être enlevé malgré soi par surprise au cours d’une altération perceptive de la réalité et sous l’emprise d’un contrôle parapsychique annihilateur de volonté, n’est pas une chose agréable. Mais retrouver le contrôle de ces perceptions et de cette volonté, est très gratifiant et réconfortant. C’est chérir la valeur de ce qu’on a perdu puis retrouvé. Et être fier d’avoir pu rétablir SEUL contre plusieurs sa situation.

– Être enlevé par des êtres venus d’Ailleurs, embarqué à bord d’un vaisseau, est une expérience qui change pour toujours votre vision de la réalité et de la vie. Quoiqu’on en dise, c’est hautement stupéfiant et extraordinaire, la première fois…

– Passer à travers un mur est une expérience qui fait tomber pour toujours les modes de fonctionnement du mental, de la logique, de ce que l’on appelle «les croyances», les «opinions» ou la formation du «jugement intérieur». J’ai su ce jour là que pour toujours, plus rien ne serait comme avant.

– Emporter sur mon corps des traces d’irritations et de sang, un gel médical (même si il s’est par la suite «évaporé»), a constitué pour moi une série d’éléments tangibles, réconfortants et décisifs.

– Enfin, les douleurs persistantes et la nécessité de passer par une opération, celle là conventionnelle, pour remettre en place qui avait été déplacé par la sonde alien, a été une preuve des plus incontestables que je n’avais pas rêvé, ni rien imaginé.

C’est là que j’ai compris que plus jamais je ne pourrai faire confiance en la plupart des gens, pour ce qui est de comprendre, expliquer, rassurer, aider, chercher à en savoir plus, enquêter, divulguer, soigner, réconforter, et échanger entre personnes sensées, avec humanité, compassion, curiosité, bienveillance, de manière avisée et compétente.

Un très grand moment de solitude pour moi. Mais le début d’une saga extraordinaire, aussi…

Car cela ne devait pas être mon seul «contact».

Deux mois plus tard environ, vers la fin de 1995, j’étais de nouveau enlevé, cette fois pour subir un test de nature psychologique et émotionnel. Je me réveillais sanglé sur un fauteuil médical, la tête environnée par une sorte de casque inducteur qui m’entourait sans me toucher, sans m’enserrer. Il y avait quelques capteurs posés sur moi ici et là dont je ne me souviens qu’à peine, car j’étais bien plus étonné par tout le matériel de laboratoire qui était devant moi, sur un large pupitre qui ressemblait à ce que l’on aurait pu voir dans un studio d’enregistrement numérique. Il s’agissait cependant bien sûr de matériel plus ou moins médical et scientifique. Mais alien, et indéchiffrable pour moi.

C’est alors qu’il m’a été imposé un test auquel je n’ai pas pu me soustraire. Il m’a d’abord été montré des symboles très basiques consistant en des visages schématisés exprimant une émotion humaine usuelle, tandis que dans le même temps, l’inducteur qui entourait ma tête me faisait vivre cette émotion délibérément injectée, totalement contre mon gré, de manière très amplifiée et artificielle, dans mon psychisme. Je subissais une fois de plus ! Plus d’une vingtaine de ces «émoticônes» défilaient, d’abord lentement, puis de plus en plus vite, tandis que j’éprouvais donc malgré moi dans un premier temps les émotions correspondantes. Mais les expérimentateurs se mirent soudainement à me confondre en ne faisant plus du tout correspondre les symboles avec ce qu’ils me forçaient à ressentir de manière induite. Je voyais les équipements du laboratoire s’affoler et changer de couleurs (sans rien comprendre), et les expérimentateurs derrière les vitres, s’étonner, s’amuser, me regardant de plus en plus fixement, déchiffrant mon regard et mes expressions, à la fois goguenards et surpris de mon désarroi. Tandis que les changements d’émotions allaient de plus en plus vite dans un insupportable défilement. Cependant, de nouveau, un début de colère commençait enfin à s’emparer de moi, me permettant de me soustraire de manière salvatrice à cette expérimentation forcée de bien mauvais goût. Mon enlèvement fut ainsi soudainement interrompu, tandis que je me retrouvais instantanément sur mon lit, le cœur battant à tout rompre, trempé de sueur à en mouiller mes draps, comme si j’avais vidé une carafe sur mon lit. Une nouvelle fois, il était 4 H 30 du matin !

Ce n’était pas encore tout à fait terminé pour moi, car je devais avoir droit à un ultime test de contrôle psycho-émotionnel, assez ressemblant au précédent, et quasiment dans le même laboratoire, si ce n’est que le test consistait cette fois en projections «vidéo» télépathico-sensorielles forcées, m’imposant de visionner des scènes peu agréables d’accidents, de catastrophes et de mauvais traitements. Je réussissais assez rapidement à me soustraire du banc-test technologique qui m’imposait ce traitement peu délicat, mais pas encore à m’enfuir du laboratoire comme la fois précédente. Cependant, ma colère commençait à bien grandir, et je découvrais dans le même temps qu’un grand nombre d’écrans traçaient des sortes d’électroencéphalogrammes très très élaborés, multicolores, multi-tracés, multidimensionnels aussi, sur une vingtaine au moins d’écrans, certains montrant des courbes analogiques, d’autres des histogrammes, d’autres des figures abstraites ou fractales produites par mon activité cérébrale. Il y avait au moins 4 contrôleurs «Grands Gris» pour maintenir ma psyché sous LEUR domination, le plus longtemps possible, mais ma colère était forte, bien forte oui. Et je voyais ces «laborantins» à la fois contents de l’enregistrer, mais cédant à leur tour sous les assauts de plus en plus puissants du retour à MA domination sur ma condition existentielle. Ils me laissaient alors ainsi ME soustraire malgré eux de leur emprise sur moi, à la fois assez satisfaits des enregistrements obtenus, mais déçus de ne pas avoir pu tout maîtriser comme ils l’auraient assurément souhaité. Les tracés échappaient visiblement à leur compréhension. Tous les mystères de mon être n’étaient pas compris. Ni le pourquoi et le comment de ma reprise de contrôle face au leur…

Je venais enfin de parvenir, sans le savoir, à mettre fin à la partie «laborantine» de mes rencontres TOTALEMENT INVOLONTAIRES avec les Petits Gris. Mais je n’en avais pas encore tout à fait terminé avec eux…

Une fois, près de 4 mois plus tard à peu près, je me promenais en forêt, et je sentais que les Petits Gris rôdaient, très proches de moi, d’abord dans le ciel, puis tout autour de moi, sans les voir. Je percevais leurs ondes psychiques télépathiques d’investigation et de tentative d’emprise sur moi. Cependant, je réussissais INSTANTANÉMENT à établir une sorte de barrière de sécurité mentale et spirituelle, totalement alerte et aux aguets, dans un état d’éveil et d’une sorte de «colère préventive» qui m’avait précédemment permis de m’enfuir victorieusement pour mettre fin à mes mésaventures.

Un phénomène quasiment identique eut lieu dans les mêmes circonstances peu de temps après, (promenade en forêt et tentative d’enlèvement), mais je recevais le message que d’autres êtres de l’Espace, EUX BIENVEILLANTS, me protégeaient, montaient la garde, m’escortaient, et me soustrairaient désormais à ce type de contacts désagréables, non autorisés par ma personne, non éthiques, désagréables et même plus ou moins douloureux pour ma personne. «Tu vas désormais apprendre à te protéger efficacement de ces êtres. Ils ne pourront plus t’atteindre», recevais-je télépathiquement. Avec une vibration bienveillante pleine d’assurance dans son expression, et de soutien moral dans sa détermination, même si elle ne fut pas prononcée mais simplement pensée avec intensité et clarté…

Près de 6 ou 8 mois plus tard, j’étais attaqué un début de soirée dans ma chambre, ressentant une vive douleur au nombril pendant près de 40 minutes, sentant ces êtres essayer de travailler sur moi de manière transdimensionnelle sans y parvenir, tandis que d’autres êtres eux bienveillants essayaient d’empêcher la chose avec une réussite mitigée. Je faisais de mon mieux pour essayer de me dégager d’eux et de faire diminuer ma douleur de mon mieux. Ce fut, fort heureusement la dernière de mes déconvenues de ce genre. J’en suis à m’interroger sur le but poursuivi à ce moment là : récupérer un implant ou en poser un ? Procéder à un prélèvement ou effacer des traces ? Vérifier quelque chose ? Je n’en sais absolument rien…

Il me fut alors permis, les mois suivants, de vivre d’autres expérience spirituelles, sans AUCUN RAPPORT, mais qui me permirent cependant d’élever assez largement les vibrations de mon être, me permettant de détecter très à l’avance l’arrivée des Petits Gris TRANSDIMENSIONNELS, tout en percevant également que j’étais désormais d’un niveau vibratoire supérieur à eux, ce qui me permettait de me soustraire à tout risque d’attaque ultérieure. OUF… !!!

Pour ma part, je n’ai pas eu d’autres contacts avec les Petits Gris, mais je ne voudrais cependant pas rester sur un récit seulement négatif à l’égard de ces êtres. Car il faut savoir DE SOURCE SÛRE ET DOCUMENTÉE que beaucoup d’autres Espèces de Gris dans l’Univers sont elles BIENVEILLANTES, ÉTHIQUES, SECOURABLES, évoluées et très positives.

Sur Terre, on peut découvrir des témoignages intéressants au Brésil, dans la province de Minas Gérais, dans le secteur des mines. Il a été relaté des accidents de mines, avec effondrements, explosions et incendies, où des Petits Gris positifs ont sauvé la vie de très nombreux mineurs. D’autres fois, quelques cas de crashs d’avions privés dans la jungle brésilienne ont été l’occasion pour quelques passagers chanceux d’être également secours par eux. On peut également ajouter quelques interventions lors de plusieurs accidents de la circulation, chocs frontaux entre véhicules légers, accidents de cars, accidents de chauffeurs routiers. Avec des blessés très graves qui n’auraient pas dû survivre mais qui ont été remarquablement désincarcérés et soignés de blessures extrêmement critiques par des Petits Gris très bienveillants, secourables et efficaces. Avant l’année 2000, il existait sur Internet quelques sites avant-gardistes en portugais, anglais et français qui relataient ces quelques témoignages très intéressants. Mais ils n’ont hélas pas survécu à la marche du temps, et je ne les ai jamais retrouvés par la suite… Je me souviens de cette phrase qui m’a marqué : «N’ayez aucune crainte ! Nous déplorons les méfaits de nos cousins génétiques qui nous ressemblent tant en apparence. Nous ne vous ferons aucun mal, nous sommes là pour vous aider et vous sauver si besoin.» Il me revient également en mémoire la phrase de l’un de ces petits Gris Positifs : «Nous faisons partie d’une alliance de civilisations évoluées, et dans un temps futur, peut-être, pourrons-nous venir auprès de vous pour partager le Meilleur de ce qui est à notre disposition. Nous venons en paix et dans la Bienveillance.»

Ainsi se termine cette première contribution bien étrange mais absolument authentique. Je reviendrai bientôt pour un prochain partage plus bref de quelques autres expériences, brèves elles aussi, mais variées et cette fois très positives…

A très vite…