Médium avec + de 10 ans d’expérience, 
 flashs et cartes, Belline, Tarot Mythique, Grand Etteilla

QUAND UN CHAT DONNE SA PATTE, SON CŒUR, DEVIENT NOTRE ANGE…

QUAND UN CHAT DONNE SA PATTE, SON CŒUR, DEVIENT NOTRE ANGE…

Je voudrais vous raconter l’histoire d’une chatte extraordinaire que j’ai adoptée en Mars 2001, il y a 20 ans. Un ami avait prévu de me donner son chat mâle, et je ne voulais pas qu’il soit seul au milieu de la compagnie humaine. Je prévoyais donc de lui offrir une amie féline pendant son séjour parmi les humains.

Un jour, allant me promener à côté de ma ville, j’entendis dans le lointain de nombreux aboiements de chiens, et j’en concluais que le nouveau refuge pour animaux venait d’être inauguré. Ce qui me décida à aller le visiter en prévision d’une future adoption – qui n’était cependant pas prévue pour le jour même.

Je visitais alors la chatterie, voyant de bien jolis félins qui restaient tous indifférents, et plusieurs, très beaux, me plaisaient, sans qu’il ne se passe rien de spécial entre eux et moi. Mais, peu avant mon départ, et tandis que je sortais pour regarder à travers la grande baie vitrée de la chatterie, une jeune chatte d’un an me regarda fixement, inclina sa tête, posant sa patte contre la vitre. Son pelage était tigré écaille de tortue, avec de fortes nuances de roux. Ses yeux étaient verts clairs. Elle était très fine. Le sort en était jeté. Toute la semaine, je la passais à penser à cette charmante Bête. Le week-end arrivant, le Samedi matin, j’allais acheter une caisse de transport, puis, après manger, je me rendais au nouveau refuge visité auparavant.

Dès mon arrivée, je décrivais la petite chatte remarquée la semaine précédente, et les bénévoles présentes identifiaient instantanément leur petite protégée.

« – Mais oui, nous voyons tout à fait de qui il s’agit. Elle vient de partir à la visite d’un an, en vue de sa stérilisation, de son puçage et de ses vaccins. Elle reviendra cet après-midi.

– Mais si vous ne l’attendez pas, une autre personne pourrait l’adopter à votre place. Nous vous conseillons donc de rester.» Ce que je fis.

Je n’eus pas à attendre longtemps. Moins de 10 minutes plus tard, une bénévole arrivait avec une caisse de transport blanche, la posait sur le bureau, et en laissait sortir la petite Sally. (Je ne connaissais pas encore son nom.)

Très déterminée et entreprenante, la charmante Minette fit de la tour de la caisse qu’elle quittait, puis le tour de la mienne, toute neuve, bleue, montait fièrement dessus pour s’y asseoir, puis en redescendait avant d’ouvrir la porte avec sa patte, d’y entrer et de refermer la porte avec sa patte !!!

« – Adjugé vendu, emballé c’est pesé, j’adopte cette charmante Minette qui a fait son choix devant témoins !»

J’entends encore les 3 bénévoles (3 femmes), écroulées de rire, s’exclamer en chœur :

« – Ha ben ça, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle vous a bel et bien choisi. Aucun doute !»

Je faisais les papiers en règle et payais les frais d’adoption qui étaient encore très abordables à l’époque.

« – Et comment s’appelle cette petite Minette ?

– Sally.

– C’est incroyable ça ! C’est le prénom que j’avais prévu de lui donner !

– Voilà un signe de plus que vous étiez faits pour vous rencontrer et que cette chatte soit adoptée par vous. Vous vous êtes littéralement choisis !»

Les bénévoles me racontaient alors l’histoire de la petite Sally. Elle avait été capturée au filet par la fourrière municipale, sans aucun tatouage ni puce, puis, après le délai légal, avait été mise à l’adoption dans le local voisin de la fourrière, reliés tous deux par un simple sas. Le personnel avait évoqué une chatte difficile qui avait «sans doute» subi un peu de maltraitance, et vraisemblablement abandonnée en raison d’un caractère difficile…

Et dans ses premières années, Sally avait été en effet une chatte UN PEU délicate. Avec un fort caractère. Une petite tigresse dans un corps de chat. Je la surnommais d’ailleurs parfois «Griff’Ouille!» pendant ces premières années. Cependant, elle avait de vraies qualités de cœur. Et je voyais tout le potentiel de transformation de cet être assez exceptionnel qui avait mal démarré dans la vie. Une compassion, une vraie Présence, une fidélité et un attachement de plus en plus fort au fil des ans.

Passées les cinq premières années, Sally est devenue une vraie Compagne de Route. Et elle a exprimé une vraie tendresse malgré son fort caractère. Elle a eu pour compagnon félin son frère Tom Pee, emporté par une hépatite foudroyante à l’âge de 7 ans. En 2007, le 12 Février. Je n’oublierai jamais, le jour où, à 11 heures 1 du matin, Sally poussait un miaulement déchirant, sur le balcon, puis, l’instant d’après, le téléphone sonnait et le vétérinaire m’annonçait effectivement le décès de Tom Pee. Sally le savait déjà… ! Le vétérinaire me confirmait l’heure du départ de Tom Pee…

La perte de mon premier chat fut un moment difficile, car malgré tous les témoignages de survivance de l’âme lus ici et là, je n’avais encore jamais perdu d’animal de compagnie, et tout ceci restait encore théorique pour moi. Je n’eus pas à attendre longtemps. Un mois après la mort physique de mon chat, il se manifestait à nous, en miaulant, puis apparaissant ensuite dans une sorte de nuage vaporeux phosphorescent vert clair, laissant ensuite apparaître l’image de son corps. Sally entendit et suivit du regard instantanément son frère adoptif, dès qu’il s’était rendu perceptible. Sur l’instant, le chagrin de sa disparition s’évanouit pour moi. Je savais AVEC CERTITUDE que la séparation n’était que provisoire et que l’Amour ne mourrait pas.

Tom Pee se manifesta de nombreuses fois à moi. Le cas le plus spectaculaire fut celui où il se jeta contre ma porte-fenêtre, réveillant mes deux autres chats assoupis, me faisant ouvrir cette fenêtre, pour laisser disparaître du plan visible son corps subtil, rendu manifeste quelques trop courts instants. La réaction de mes autres chats ne laissait aucun doute quant à la réalité de cette Présence fugitive…

Aujourd’hui, 14 ans après cette première séparation, j’ai dû mener Sally à ses deux piqûres. Devenue toute maigre, une grosseur sur le museau, chancelante, épileptique depuis 2 jours, le souffle haletant, pantelante, la petite Minette était sans doute rongée de l’intérieur par un cancer à évolution rapide.

Ma Petite Sally a quitté son corps diminué, à bout de course, pour retrouver la sérénité des plans de conscience libres des limites physiques. Elle ne souffre plus et retrouve une Dignité de Vie sans infirmités.

Je l’ai accompagnée jusqu’au bout, pour ses deux piqûres. Je lui ai parlé, tenant ses pattes, la regardant droit dans les yeux, tout près d’elle, pour lui dire qu’elle serait libérée de cette enveloppe devenue imparfaite et usée. J’ai voulu lui éviter le naufrage de la déchéance.

Un peu triste, mais confiant en la Survivance de son Âme, je sais qu’elle me rendra bientôt visite, lorsque le sommeil de l’âme sera terminé (une trentaine de jours). Cela se passe pour permettre une bonne séparation du corps physique des corps subtils, une re-conformation, un temps de repos sans souffrances pendant cette transition particulière, avant un Retour dans les plans invisibles. (Invisibles pour nous encore incarnés !)

Étant médium naturel, le contact avec les esprits m’est facilité, bien que ce ne soit pas ma spécialité. Beaucoup d’animaux sont eux-mêmes médiums naturels, ce qui facilite le contact avec leurs «maîtres» lorsqu’il y a une vraie relation d’Amour sincère et profonde avec Eux.

Petite Sally, tu m’as donné ta patte, ton cœur, ta Présence et des années de vie pleines d’intensité, à mes côtés. Nous avons fait un beau et long chemin (toujours trop court), et je sais que nos âmes sont liées pour toujours, que nous nous sommes beaucoup apporté l’un à l’autre.

Petite Sally, j’espère que tu reviendras me voir, et j’en suis presque certain, car tous mes chats défunts l’ont fait.

En 2017, j’avais presque adopté un chat errant très laid mais très gentil, avec un corps minuscule, une tête disproportionnée ornée d’une «crinière de lion» qui contrastait avec ce corps si chétif au poil presque ras. Le pauvre chat était aussi affectueux et attachant qu’il était laid. Il était timide et avait peur de rentrer chez moi. Cependant, chaque jour, il acceptait que j’aille le câliner dehors, tous les soirs, quand j’allais regarder les étoiles une fois l’obscurité venue.

J’indiquais à ma voisine (qui s’occupait de 17 chats ! à ses frais) que je finirais par adopter ce chat pour mon compte. Car nous avions bien sympathisé, Minou et moi. La voisine amenait de temps à autre certains chats chez le vétérinaire quand elle soupçonnait quelque chose.

Je fus un jour surpris de ne plus le voir. Je demandais à la voisine ce qu’il en était.

« – C’est qu’il a été pris pendant deux jours de grosses diarrhées. Il était un peu patraque et je l’avais recueilli chez moi. Il m’en a mis partout. Je l’ai amené voir la vétérinaire qui m’a recommandé de l’euthanasier. J’ai accepté sur le coup, mais je l’ai regretté après coup…»

Ce que j’ai fortement regretté pour ma part, c’est qu’elle ait agi sans m’en parler ni me demander mon avis !

Ce qui est cependant assez extraordinaire dans la suite de cette histoire, c’est qu’à peu près un mois après le départ de ce petit compagnon d’infortune, il se manifestait à moi, à Midi 45, alors que j’étais occupé à l’écriture d’une lettre importante que je voulais terminer pour l’amener à temps à la levée du courrier en partance.

Tout absorbé dans ma lettre, je sentis une intense chaleur spirituelle, vis une belle lumière dorée avec un intense sentiment d’amour et de gratitude, vis une lueur phosphorescente vert clair, puis l’image du corps de ce petit chat. Il resta près d’une minute 30 à côté de moi, sur ma gauche, me témoignant sa reconnaissance, m’offrant le cadeau de sa brève Présence. Et la preuve que les liens ne seraient pas rompus.

Par deux autres fois, ce Petit Bonhomme de Chat me gratifia d’une brève apparition aux dates anniversaires de son départ. La seconde fois, c’était quand j’avais terminé la première partie «aller» d’une promenade en forêt, arrivant à une clairière où je m’étais assis quelques instants, pour une méditation sans objet, avec pour but d’accueillir ce qui viendrait «quoi qu’il vienne». C’était le Petit Bonhomme qui était venu ! Je reconnaissais sur l’instant sa vibration bien à lui…

Je peux témoigner que nos Amis Animaux sont des personnes à part entière, tout à fait complètes même si elles ne peuvent hélas pas parler. Ce qui ne les empêche nullement de penser et de communiquer télépathiquement leur état d’être, leurs émotions, leur attachement, leurs perceptions (lieu où elles se trouvent, circonstances…)

Les liens du cœur, lorsqu’il sont réels et profonds, sont des portes d’accès à un contact durable et à des promesses de Retrouvailles. L’Amour est la Merveille de l’Existence et il semble tellement logique que l’Univers ait conçu qu’un tel lien soit préservé et favorisé quand il est véritable. Au-delà des craintes du mental et d’un chagrin bien compréhensible, je voudrais porter témoignage que la Pureté des Intentions, la Puissance du Cœur et la Simplicité de la Vie Naturelle peuvent raisonnablement garantir la forte possibilité d’un contact avec les êtres aimés, quels qu’ils soient.

Puisse ce témoignage aider beaucoup de personnes…